Les animaux dénaturés

Youpi ! Les éditions Albin Michel nous proposent une bande dessinée comique, qui décoiffe, alliant philosophie, anthropologie et action : Les animaux dénaturés, d’après un roman de Vercors paru en 1952. Et si un singe ayant des caractères de l’Homme était découvert de nos jours ? Hélène Bruller, petite-fille de l’écrivain, a réinventé le scénario pour l’adapter au format dessiné, avec un humour en cascade, dans les dialogues, les dessins et les situations. Auteure expérimentée, elle compte a son actif de nombreux ouvrages depuis le Guide du zizi sexuel. Joseph Falzon, au dessin, propose une version résolument colorée, moderne et expressive. Si l’on pense aux aventures d’Indiana Jones ou des Monty Python, ici le Graal prend la forme d’un crâne – d’une mandibule à 3 molaires, précisément. Mais ne craignez pas un récit scientifique soporifique, les gags s’enchaînent dès la couverture, malicieuse. Et le questionnement, fil rouge du récit, nous tient en haleine : qu’est-ce qui nous différencie des autres animaux, qu’est-ce qui fait de nous des Hommes ?

Tout commence lorsqu’une équipe de paléontologue découvre  un os très intriguant, aux caractéristiques mi-singe, mi-Homme ! Pendant ce temps, Douglas Templemore, journaliste anglais, vient de tomber amoureux de la belle écrivaine Frances… Mais le voilà embarqué en Nouvelle-Guinée, pour rédiger le journal intime de l’expédition. Les paléontologues ne manquent pas de personnalité : Le Professeur Kreps, qui dirige les travaux, fonce dans la jungle comme un rhinocéros et aime faire montre de son savoir scientifique. Le vieux Greame est doux et sage, sa jeune femme Sybil froide mais perspicace. Elle et Douglas entament un dialogue argumenté, relayé et approfondi dans les lettres à Frances : les Manus sont-ils singes ou hommes ? L’équipe va de découverte en découverte : des singes qui taillent leur silex, vivent non pas près des arbres mais dans des falaises, ont aménagé une nécropole funéraire, fument leur viande ! Ils finissent par les approcher… Des liens se nouent et les questions continuent : à partir de combien de sons peut-on parler de langage ? Les Manus ont-ils de l’humour ? Des rituels symboliques ?

Les articles du chroniqueur ont rameuté des moyens supplémentaires mais aussi un homme d’affaires bien décidé à exploiter les singes… Alors Doug et l’équipe tentent le tout pour le tout en ramenant Derry, une femelle, à Londres… Il s’avère alors que les humains et les Manus peuvent se reproduire. Quelle sera l’issue du procès historique visant à déterminer si les Manus appartiennent à l’espèce humaine, ou simiesque ? Doug Templemore sera-t-il décoré ou pendu ?

Les dessins contribuent à rendre l’histoire vivante, drôle et captivante. Les émotions sont amplifiées : sourires exagérés voire diaboliques, visages qui se décomposent, sueurs et extrême pâleur, ou fumée s’échappant d’un visage rouge de colère. Le chef de l’expédition est tourné en dérision avec sa moustache démesurée, le juge mange à une table digne de Voutch, et c’est le patron Vancruysen qui finit par avoir l’air le plus bestial lorsqu’il enrage. Les singes sont affublés d’horribles visages – qui les rapprochent à l’inverse étrangement des humains. Les couleurs sont harmonieuses, franches et efficaces, bleu nuit, vert forêt, rouge danger… Elles servent le récit, tout comme la typographie, soignée, alternant écriture attachée des dialogues posés, cris, tracé épistolaire… Chaque argument est illustré, et il n’y a pas de bordures aux cases pour ce récit qui nous fait sortir du cadre et des préjugés sur notre « supériorité ».

Le one shot est finalement une belle démonstration de la nature complexe de l’Homme, mais également de sa capacité à vouloir protéger la vie dans toute sa diversité. Un ensemble qui donne le sourire tout en invitant à réfléchir à notre condition humaine : irrésistible !

Chronique de Mélanie Huguet-Friedel.

© Albin Michel, 2023.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s