Toute la beauté du monde

Les mauvaises langues pourraient penser que ce qui m’a attirée vers cet album est le vert et le noir qui dominent sa très belle couverture. Il est évident que Thomas Azuélos avec son titre Toute la beauté du monde aux éditions Futuropolis, a su, par son intrigue, capter ma curiosité… Mon attention est absorbée par sa BD, mais cela n’a rien à voir avec sa palette graphique. Elle est surtout accaparée par le regard noir du peintre José de Villalobos que l’on découvre dans la première case de la page 13. Celui-ci est si sombre, fou et profond qu’il m’a transpercée et me hante encore.

Nous sommes en 1939 dans le village de Cerbère qui se trouve dans le sud-est du département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie à La frontière entre la France et L’Espagne. On y décèle les prémices de la seconde guerre mondiale. Le hameau est déserté par les hommes et les femmes se retrouvent sans emploi. Les orangeraies dont elles s’occupaient sont abandonnées et le commerce d’oranges est à l’arrêt. La fureur monte et la très virulente et insolente Monserrat mène la rébellion.

De son côté, l’artiste espagnol de Villalobos, est terré dans le grand palace inhabité qui domine le bourg et reste en retrait de toute cette agitation. Il envisage d’entreprendre une grande fresque dans la pièce principale. Autour de lui, tout est désolation, la beauté ne peut prendre vie que sous ses pinceaux. Il erre à travers les chemins et s’inspire des cadavres qu’il croise sur sa route. Le jour où il ramène un homme moribond, sa quiétude va être bouleversée. D’une part, celui-ci ne veut pas mourir, il ne trouve rien d’admirable à sa peinture et en plus le Catalan s’installe dans sa demeure. Ils sont bientôt rejoints par l’ «anarchiste» Walter Bermann, que Llucia une autre grâce de la bourgade a découvert blessé dans un wagon. Cette petite communauté en plus de sa muse Monserrat, envahit sa sphère privée. Le problème, c’est que lorsque l’insurrection éclate, elle apporte son lot de contrariété. Les ennuis ne font que commencer…

Thomas Azuélos, est un auteur complet. Scénariste et illustrateur, il nous livre, parfois accompagné, des récits composés d’une grande force. Avec lui, le dépaysement est garanti. Il nous embarque de l’Egypte à la Somalie, de l’Ukraine à l’Arménie et de Marseille aux Pyrénées-Orientales. Ses bandes dessinées racontent des faits marquants de la société qui, à leur parution, étaient indéniablement d’actualité. Même si les sujets traités ne font plus la une des journaux, ils restent tout du moins une bonne source d’information et abordent des faits terribles et inoubliables : Le génocide arménien, les pirates somaliens, les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ou encore le quotidien d’une Femen. Inspiré, il l’est, que ce soit par la réalisation écrite et graphique ou celle unique de la représentation. Six œuvres ont vu le jour aux prestigieuses éditions Futuropolis, dans lesquelles il allie à chaque fois l’efficacité de la narration à son trait éloquent. Il aime jouer avec les couleurs et use régulièrement de deux teintes prédominantes dans ses ouvrages : Le fantôme arménien – sable et rouge. L’homme aux bras de mer – gris et bleu. La ZAD – kaki et rouge. Prénom Inna – blanc et jaune et bien sûr noir et vert pour le remarquable Toute la beauté du monde.

Vous l’aurez compris, même s’il est indiscutable que la gamme de pigments utilisés pour sa dernière sortie est chère à mon cœur, ce n’est pas seulement pour cette raison que j’ai aimé la dernière publication d’Azuélos. Son cadre me plaît autant que ses protagonistes. Je m’en retourne à la page treize, me replonge dans les yeux du bel Occitan. Il va certainement ravager encore un certain temps ma raison et mon cœur…. Éprise vous avez dit ?

Chronique de Nathalie Bétrix 

© Futuropolis, 2023.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s