La France vue par Madame Hibou

Un peu d’humour, de finesse et de malice pour cette période des fêtes ! Emmanuel Lemaire nous avait déjà présenté le personnage attendrissant de Madame Hibou dans  Ma voisine est Indonésienne, ouvrage léger et délicieux. C’est donc avec grand plaisir que nous retrouvons le tandem dans la bande dessinée  La France vue par Madame Hibou, toujours aux éditions Delcourt dans sa collection shampooing. Sur une ou deux pages, les petites histoires contées nous offrent le regard décalé de cette femme, originaire d’Indonésie, sur la France et ses habitants. Un livre accessible mais non sans nuances, dessiné avec talent, qui vaut le détour !

L’auteur appelle sa voisine Madame Hibou, parce qu’en indonésien, Madame se dit phonétiquement « Ibu ». De page en page, elle nous parle de la vie des expatriés, mais aussi de celle des célibataires dont elle fait partie. Elle décortique les petites bizarreries des Français, offre une prise de recul sur ce qui peut les faire râler : grâce à ses explications, nous nous rendons compte que les manifestations chez nous sont très pacifiques et bon enfant, ou encore que sortir sous la pluie, ici, c’est toujours possible ! Elle raconte son pays, les coutumes culinaires qui tiennent une place importante dans sa vie, les traditions, les superstitions… Elle nous parle aussi des préjugés sur les personnes d’origine asiatique, mais surtout de solidarité et de chaleur humaine, avec les bons moments partagés, les plats sous le palier quand le voisin est malade, le soutien en période de deuil… Avec elle, la visite de l’Hexagone se poursuit, la gourmandise étant autant moteur de sa motivation que la curiosité et la soif de découvertes. Elle nous invite à prendre le temps de partager un café, de discuter… Et la complicité entre l’auteur et Madame Iriani ne se dément pas.

Le dessin nous narrant ces aventures s’apparente à un croquis crayonné noir et blanc, à la fois simple et réaliste, avec un petit côté rétro tout à fait charmant à l’heure des dessins lisses à la tablette. Rires et sourires mais aussi étonnement des personnages sont communicatifs. Les cases, décliné dans un gaufrier classique, ne manquent pas de détails appréciables : maisons à colombage, architecture des gares et villas balnéaires, feuillage et structure du végétal, perspective d’une rue… La couleur rouge qui habille notre héroïne à chaque page la rend facilement identifiable, tout en donnant énergie et modernité à l’album. Quelques couleurs supplémentaires habillent les ciels ou les sols, ou traduisent habilement une ambiance : celle d’Halloween, de l’automne ou encore d’une plage. Un encouragement à savourer les petits détails du quotidien et la qualité de notre cadre de vie. Un élément dessiné hors du cadre conclut les doubles pages dans un bel équilibre de mise en page : nous apprécions ces clins d’œil drôles, élégants et ces éléments d’attention mis en lumière.

A travers les informations croisées sur deux pays très différents, l’auteur nous appelle à nous ouvrir au monde et aux autres, à apprécier ce qui nous rassemble comme ce qui nous rend unique. A rechercher, aussi une compagnie, à l’écoute, pour des moments de partage qui finissent par tisser des liens forts. Et nous donner envie, à nous aussi, de suspendre le temps pour rester encore un peu avec l’attachante Madame Hibou. Une chouette idée de cadeau !

Chronique de Mélanie Huguet-Friedel.

© Delcourt, 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s