JE SUIS TOUJOURS VIVANT

« Bande de salopards, je suis toujours vivant ! » C’est de cette réplique du film Papillon que l’auteur napolitain Roberto Saviano va tirer le titre percutant de son récit autobiographique pour lequel il va délaisser ses formes d’écriture habituelles et se tourner vers le roman graphique. Dans Je suis toujours vivant paru conjointement aux Éditions Steinkis et Gallimard, l’homme qui a choisi un jour de ne pas se taire se livre pour la première fois et, sous le trait réaliste, onirique et symbolique du dessinateur israélien Asaf Hanuka, nous fait pénétrer dans son intimité en brossant le tableau choc de son quotidien sous haute protection policière depuis sa condamnation à la « vita blindata » 15 ans plus tôt suite à la parution du cultissime Gomorra.

L’homme qui a choisi de ne pas se taire

Roberto Saviano, né à Naples, a étudié la philosophie et les sciences politiques avant de se tourner vers le journalisme. Sa vie a basculé en 2006 suite à la publication et au succès de Gomorra, fresque corrosive sur la mafia napolitaine, livre traduit dans 42 pays, vendu à près de 5 millions d’exemplaires dans le monde dont 630 000 en France et qui a donné naissance à un film éponyme grand prix du festival de Cannes en 2008, puis à une série télé comprenant 5 saisons. Le succès du livre dès sa sortie ainsi que la désignation et nomination de 3 parrains présents dans l’assistance en les pointant du doigt lors d’une rencontre avec le public lui ont valu d’être condamné à mort par la Camorra à l’âge de 26 ans et contraint de vivre dans la clandestinité sous protection rapprochée. Devenu une véritable icône dans son pays, adulé par les uns, haï par les autres, il continue le combat en étant très actif sur les réseaux sociaux et présent dans les médias italiens à travers des émissions télévisées tout en continuant à écrire des livres sur le sujet mais pas seulement.

Qu’est-ce qui fait qu’un jour, Roberto Saviano a choisi de ne pas se taire ? Les philosophes et écrivains qu’il a lus bien sûr mais aussi des évènements : le fait d’avoir été témoin à l’âge de 12 ans de l’exécution en pleine rue d’un homme après une course poursuite, le choc ressenti à l’assassinat d’un prêtre qu’il connaissait bien pour avoir trois ans auparavant placardé sur les murs de sa petite ville un manifeste : « Je ne me tairai pas. »  Il était alors âgé de 15 ans et c’est ce jour-là, 10 ans avant la parution de Gomorra, qu’il a pris la décision de ne pas se taire.

« Je voulais donner une image réaliste mais aussi symbolique, expressionniste, de ma vie. »

Roberto Saviano, grand amateur de bandes dessinées, séduit par le graphisme de la série Le réaliste d’Asaf Hanuka dans laquelle l’auteur raconte le quotidien d’un Israélien dans un pays constamment sous tension, demande à Bao Publishing son éditeur italien de contacter le dessinateur pour « réalister » sa biographie en bande dessinée. Pourquoi ce choix ?  Lui qui a écrit des romans, des témoignages, des essais, a scénarisé pour le théâtre, la télévision a estimé que le médium lui apportait ce que n’auraient pu faire un documentaire ou une biographie classique : la possibilité et la liberté de transformer, transposer, transcender en images chaque sensation, chaque émotion avec énergie et pour ce faire, Asaf Hanuka était l’homme idéal pour raconter son histoire par le biais de ce jeu visuel entre réalisme et rêve. Et il ne s’est pas trompé !

Illustrateur israélien vivant à Tel Aviv diplômé de l’école Émile Cohl, grand dessinateur de presse, Asaf Hanuka est notamment connu dans le domaine de la bande dessinée pour KO à Tel Aviv, série couronnée d’un Eisner Award du meilleur album étranger pour le tome 3 en 2016 qui prit le nom de « Le réaliste » à la sortie du 4ème tome en 2021. Dessinateur d’un des soldats, il a également participé au film d’animation Valse avec Bachir d’Ari Folman pour les scènes oniriques. On reconnaît bien son style dans la scène d’ouverture avec les chiens, scène qu’on se remémore immédiatement à la lecture de l’épisode concernant le prêtre assassiné.

Étant donné la nature personnelle et profondément intime du récit, difficile de faire ça par mail. Alors ils se sont retrouvés. La première rencontre a eu lieu à Milan dans la maison d’édition italienne et ce fut le prélude d’un long jeu de ping pong entre les 2 hommes, Saviano envoyant l’histoire, Hanuka lui renvoyant le découpage. Le récit puissant simultanément descriptif et symbolique, constitué d’une succession de petites histoires emprunte la forme d’une conversation entre deux amis afin que le lecteur ait l’impression d’écouter un copain de bar lui raconter sa vie, ses aventures. Il nous livre des épisodes marquants de sa vie : son enfance, ses relations avec son père, son frère, nous raconte les détails de son quotidien, une vie faite de procédures, sa perte de liberté, les répercussions sur ses relations familiales et intimes mais également ses pensées, ses angoisses, ses cauchemars, imagine les différents scénarios de son assassinat. Dans la liste des choses qui font que la vie vaut la peine d’être vécue, il va citer en premier lieu la mozzarella, mais pas n’importe laquelle, celle de bufflonne d’Aversa, véritable madeleine de Proust, symbole pour lui du retour à la maison.

Les auteurs ont trouvé un équilibre entres les épisodes graves, tragiques et d’autres plus légers teintés d’ironie flirtant même par moments avec le comique.

La couleur, servant la narration, a un sens émotionnel et symbolique. L’album est réalisé en nuances de gris auxquelles viennent s’ajouter pour chaque chapitre une couleur franche. Le changement de couleur marque le passage d’un chapitre à un autre mais est également utilisée comme symbole. Si le rouge incarne la violence, la menace, le danger le jaune quant à lui est la couleur su surnaturel, de la magie. Dans l’épisode mettant en scène Roberto et son père, la couleur franche cèdera la place au sépia soulignant ainsi l’intimité de la relation père-fils.

On est frappé par le côté spectaculaire, la puissance graphique des représentations mentales, la plupart émanant de Roberto Saviano, d’autres telle le requin surnageant sur un océan de larmes venant d’Asaf Hanuka. C’est dur, violent, poétique aussi. Terriblement juste.

Je suis toujours vivant est un cri, un exutoire d’un homme dont la seule liberté demeure la parole. Alors, lisons-le, écoutons-le et laissons-lui le dernier mot : « J’écris. Je fais entendre ma voix. Je refuse de me taire. Je fais donc tout ce qui est en mon pouvoir avec le reste de liberté qu’il me reste. »

Chronique de Francine Vanhée.

© Editions Steinkis et Gallimard, 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s