Linette T4: Le bidoudune

Linette la petite blondinette née de la plume de Catherine Romat et mise en images par Jean-Philippe Peyraud est de retour pour une quatrième aventure parue aux éditions de la Gouttière .

La jeune coquinette évolue dans des circonstances rocambolesques sorties directement de son imagination. Après avoir été dotée de pieds de géant, s’être revêtue d’une tenue de chevalier et être devenue une lilliputienne, Linette va faire la rencontre d’une sorte de Golem ! A cheval sur son vélo, l’intrépide malicieuse dévale le talus et se retrouve confrontée à une montagne de sable. Equipée de son seau et de sa pelle, elle entrevoit l’immense château qu’elle va pouvoir construire. Que nenni, elle va être stoppée net dans son élan. On lui permet d’emporter à peine ce que peut contenir son récipient. La demoiselle ne se laisse pas aller, elle va bien trouver comment utiliser cette petite quantité ! Assise autour d’une nappe, en compagnie de ses amis de chiffon, la voilà qui se met à modeler un drôle de bonhomme. A force de persévérance, il prend forme et même vie… Le problème c’est que le glouton n’est jamais rassasié et qu’il demande toujours plus à manger. Hélas, elle ne peut lui donner satisfaction, elle dispose uniquement du peu de matière qu’on lui a permis d’emporter. Profitant de l’endormissement du gardien, nos deux lascars foncent sur la dune géante. La créature se met à s’empiffrer et devient colossale ! Saperlipopette, c’est quand même chouette d’avoir un copain plus haut qu’un building !  

Jean-Philippe Peyraud m’a enchantée avec ses multiples créations pour adultes, dont mes préférées sont : Grain de beauté, Celle qu’on regrette et Il pleut. Il m’a aussi éblouie avec le très bel album La fleur de Mondrian, one shot co-réalisé avec le fabuleux Antonio Lapone. Catherine Romat était déjà à l’écriture des deux volumes de la série Mon ipote et moi, qu’ils ont conçue conjointement aux éditions Tourbillon. Malheureusement ces titres ne sont plus disponibles.

Amusante et déjantée, cette fillette est très attachante. L’association de ces deux auteurs a donné vie à une héroïne haute en couleurs. Dynamique, mais également sensible, Linette traverse les quatre recueils telle une fusée. L’illustration de Jean-Philippe Peyraud est plutôt simple, mais dotée d’abondantes expressions. Cette bande dessinée est réalisée sans texte, mais la pertinence du graphisme est suffisante. Tel un tourbillon, la gamine prend place dans ce nouveau genre de bandes dessinées qui alimente notre fantaisie et qui accompagne idéalement les futurs jeunes lecteurs vers des ouvrages agrémentés de textes !

Chronique de Nathalie Bétrix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s