Suzette ou le grand amour

La bande dessinée se dévore par tous les temps, sur un fauteuil, dans son lit ou niché dans son canapé ! Suzette ou le grand amour de Fabien Toulmé est clairement une histoire qui fleure bon l’été, les cocktails et la bronzette. Sortie début juin aux éditions Delcourt, dans la très chouette collection Mirages, elle a un goût de « Dolce Vita ». Couvrez-vous de crème solaire, chaussez vos lunettes de soleil, c’est le moment de partir à l’aventure….

L’album s’ouvre sur un jour bien triste. Beaucoup de paroissiens se sont réunis pour l’enterrement de Bernard, l’époux de Suzette. Les voisins, des amis et bien sûr Noémie leur petite fille et son compagnon Hugo. Tout le monde entoure la veuve et lui témoigne leur affection et l’admiration que suscitait son mari.

Noémie qui a des liens très forts avec ses grands-parents, va très souvent chez sa « Mamoun », elle tient à la soutenir dans cette période douloureuse. Hugo, se joint à elles, de temps en temps, quand il le peut. Bien sûr, ils se remémorent le passé et la conversation tourne fréquemment autour du défunt. Ils évoquent également l’emménagement imminent des deux tourtereaux. Après de longues et incessantes discussions, ils ont décidé de vivre ensemble. 

Les semaines passent et les langues se délient. Suzette se confie à sa petite fille. Elle qui pensait que ses aïeux vivaient le parfait amour, réalise que tout n’était pas si rose. Son grand-père n’était pas toujours présent et il étouffait épisodiquement sa moitié. Suite à ces déclarations, elle lui dévoile même avoir eu un grand amour de jeunesse, deux ans avant qu’elle n’épouse Bernard. A 23 ans, elle résidait comme fille au pair sur la côte Génoise, aux abords de Portofino. Elle logeait chez la famille Benedetti et s’occupait de la petite dernière, Emilia. Lors d’un week-end le fils de la famille, Francesco, vint les retrouver dans l’illustre demeure. C’est le coup de foudre pour les deux jouvenceaux. Si cet événement n’a malheureusement abouti à rien, la vieille dame ne l’a jamais oublié. Trop timide, elle n’a pas su répondre à ses avances. La demoiselle est troublée par les révélations de sa mémé. Noémie, qui elle-même n’est pas pleinement satisfaite de sa nouvelle situation, se pose bien des questions. Hugo se montre totalement immature. Il préfère sortir et faire la fête avec ses amis et s’investit peu dans leur nouveau foyer. Chamboulée, énervée, une idée saugrenue murit dans son cerveau. Et si elles allaient à la recherche de ce bien-aimé que Suzette a rencontré en Italie…

Suzette se laisse bien vite convaincre et malgré toutes les appréhensions, elle file sur les routes du Sud, arrimée dans une antique guimbarde et s’imagine déjà reconquérir l’homme qu’elle n’a pas su effacer de sa mémoire. 

Fabien Toulmé vacille dans ses romans graphiques entre fiction et récit de vie. J’ai été extrêmement touchée, en 2014, par son titre Ce n’est pas toi que j’attendais, où il se livre de manière émouvante sur sa réaction face à la naissance de sa deuxième fille. On décèle, dans ses compositions, une infime légèreté, même si les sujets de ses écrits sont plutôt graves et poignants ! L’artiste parle de la maladie : trisomie (l’œuvre citée ci-dessus) ou le cancer Les deux vies de Baudoin. Dans sa trilogie intitulée L’odyssée d’Hakim, il met en avant le vécu tragique d’un jeune Syrien en route vers une nouvelle existence. Avec Suzette ou le grand amour l’auteur nous livre un récit émouvant, sensible et drôle. Même si son trait semble à première vue simple et un peu naïf, il est toutefois percutant. Pour ce dernier les teintes sont ensoleillées : du jaune, de l’orangé et relevées de jolis bleus. Les séquences qui se déroulent lors de son séjour en Italie, sont soulignées de différents roses et gris. Aux couleurs, Fabien Toulmé est accompagné de Philippe Ory, artisan aux multiples facettes. Cet ouvrage est incontestablement  plus lumineux que les précédents, il y a apporté un sentiment de bien-être et il nous procure une envie pressante de relâchement et de détente.

A vous qui n’aurez pas l’occasion de partir cet été, accompagnez Suzette et Noémie dans leur péripétie amoureuse et laissez-vous emporter par cette expédition pleine de rebondissements, aux sensations délirantes. Récupérez cette zen attitude dont nous avons tous besoin pour nous sentir bien, respirez un bon coup et vive le FARNIENTE !

Chronique de Nathalie Bétrix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s