SOUS LES ARBRES T3: Un chouette été

On peut passer nos journées à bouder à l’abri des regards mais il est également possible de profiter de la vie, d’évoluer dans la bonne humeur et de retrouver pour quelques instants une âme d’enfant. Il suffit de pas grand-chose parfois, quelques copains, un ballon…Il en faut peu pour être heureux comme dirait Baloo dans le fameux Livre de la jungle….

C’est ce doux message que relaie Dav dans le troisième volet de sa série Sous les arbres une création enchanteresse destinée aux primo-lecteurs dans laquelle il revisite les saisons avec une approche singulière et beaucoup de tendresse.

Au menu, un concept simple, une forêt et quelques personnages récurrents, des onomatopées à foison, quelques rares indications et un format idéal pour les petites mains potelées de nos charmants bambins.

Dans cet opus ensoleillé publié par Les éditions de la gouttière, c’est un hibou et un crapaud qui rejoignent les écureuils et la souris, des acteurs attachants et mignonnets.

L’été est au rendez-vous et avec lui les activités extérieures, les rires d’enfants, les amitiés et la promesse de belles et longues soirées propices à la baignade et au jeu.

Après l’automne et l’hiver, on attendait le printemps mais l’auteur en a décidé autrement, et comme de toute façon, il n’y a plus de saisons et que c’est lui le patron….

On découvre en quelques planches sublimes comment un oiseau nocturne passe en quelques heures de l’ombre à la lumière, d’un esprit taciturne au bonheur.

Dans cette délicieuse quadrilogie, on redécouvre avec plaisir des animaux doués de paroles. Ils ont le don de nous faire sourire tout en ravivant la nostalgie des lecteurs plus âgés. En effet, l’illustrateur n’a pas son pareil pour camper des personnages expressifs assez proches de ceux que le génial Walt produisait à la pelle.

Il accentue les traits tout en signant au passage tous les neuf mois des hommages délicats au producteur et réalisateur américain qui imagina dans ses studios les héros dessinés inoubliables qui marquèrent son enfance et la nôtre.

Mais l’invitée principale de ce livre dessiné au titre prometteur, c’est la lumière, une luminosité exceptionnelle qui inonde la couverture, jaillit des cases apportant un rendu optimiste, autant dire une agréable récréation.

Ce qui fait l’originalité de cette série, c’est une technique traditionnelle qui induit un rendu patiné, authentique et vintage. Avant d’ajouter de jolies couleurs numériques, l’artiste applique des encres mais également un lavis d’aquarelle qui souligne les ombres. Les pages de garde sont couvertes de croquis qui constituent un séduisant making of, un divin bonus qui devrait combler les amateurs de détails raffinés.

Sous les Arbres, c’est une sympathique balade, une aventure naïve, ravissante et réconfortante, de beaux sentiments et un rendu artisanal, harmonieux et réjouissant.

Chronique de Stéphane Berducat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s