LA BOMBE

La Bombe ça commence par un titre… puis ce « elle », mystérieux, mystérieuse, qui se décrit sur des premières pages magnifiques en noir et blanc, en blanc et noir pour se présenter à nous. Apparue en 1789, en cette année où d’autres faisaient la révolution, « inventaient » les droits de l’homme, « elle » nous dévoile qui elle est.

Si certains s’attendent à découvrir sous les traits de cette « Bombe » une jeune femme délicieusement belle ils seront déçus. Pour les autres (mais aussi finalement pour ceux qui s’attendaient à découvrir une jeune femme délicieuse) la lecture de La Bombe va vous amener dans la grande Histoire.

C’est un roman graphique édité par Glénat, scénarisé conjointement par Laurent-Frédéric Bollée et Alcante. Il est illustré de main de maître par Denis Rodier et il vient d’obtenir le prix de la critique ACBD de la BD québecoise 2020.

Il nous raconte comment les Hommes aux 4 coins de la planète ont vu leur vie basculer lorsqu’ils ont compris le potentiel qu’ils pouvaient tirer « d’elle » et comment « elle » allait à tout jamais faire basculer le monde dans une nouvelle ère celle de « la bombe ».

La bichromie nous plonge dans une atmosphère de très bon polar. Le  scénario,  basé sur des recherches à en faire pâlir un prof d’histoire (et je sais de quoi je parle…  certaines « anecdotes » du livre permettant depuis des années de faire découvrir cette histoire tragique à nos élèves pour qu’ils se saisissent pleinement de ce passé finalement si proche) est aussi très accrocheur.

Ce pavé se déguste sans modération pour que chacun n’oublie pas que « Les peuples qui ne se souviennent pas de leur passé sont condamnés à le revivre ».  450 pages pour nous faire découvrir le destin de ces Hommes qui ont fait basculer celui de la planète.

Noir c’est noir… mais il y a bien de l’espoir… déjà celui de découvrir cette superbe BD et de se (re)plonger dans ces années qui l’étaient tant et dont le destin n’a finalement  pas tenu à grand-chose. Le mystère plane d’ailleurs encore sur l’action réelle des uns ou des autres comme cela nous est si bien décrit dans l’épilogue mais avant d’en arriver là vous aurez passé un très bon moment avec « elle ».

Lorsqu’ « elle » nous présente cette « Bombe » dont elle est à l’origine, la fin de l’histoire est déjà connue. Comme dans un bon Colombo nous sommes pourtant happés par tous les rebondissements qui ont mené à sa « fin »…. qui n’en est peut-être pas encore une.

Militaires, scientifiques, responsables politiques… tous ont vu leur vie basculer lorsqu’ « elle » leur a dévoilé son incroyable puissance, son charme dévastateur.

« Elle » est encore très présente dans notre quotidien. En attendant de connaître son futur on se plonge avec délectation et sans modération dans cette BD qui nous fait découvrir  « elle » et tous ceux qui l’ont entouré et l’entourent encore. … pour le meilleur et pour le pire. En attendant un deuxième (a)tome… ou pas…

Chronique d’Emmanuel Arnol.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s