BOOTBLACK 2/2

Si le cinéma a largement contribué à faire de New-York un lieu mythique de notre imaginaire, on peut dire que la bande dessinée n’est pas en reste. En cette rentrée, New York Cannibals, Batman Curse of the White Night, Tanz ! ou encore Gentlemind s‘y déroulent et mettent en scène les quartiers de la ville à différentes époques. Mikaël utilise lui aussi ce formidable terrain de jeu graphique qu’est la mégalopole dans ses diptyques et poursuit, après Géant, son exploration du New-York des années 1930-1940 dans Bootblack dont le deuxième tome vient de paraître aux éditions Dargaud.

Le tome 1 de Bootblack adressait de multiples clins d’œil au 7e art. On y retrouvait des références aux Incorruptibles de Martin Scorcese, à Des hommes sans loi de John Hillcoat mais surtout à l’épopée de Sergio Leone Il était une fois en Amérique. Le voisin des parents d’Altenberg s’appelait ainsi Bercovicz comme le personnage de Max dans le film, les adolescents épiaient les danseuses du club d’à côté par une fente dans la cloison comme David (De Niro) espionnait Deborah. L’album racontait surtout, comme le film, la naissance d’une amitié et d’une rivalité amoureuse, en se situant au même endroit, le quartier de Fulton Market près de L’East river tout en adoptant une narration éclatée similaire qui mélangeait les époques (1945, 1929, 1935). Dans le deuxième tome, les références sont moins nombreuses. Si Mikaël salue une dernière fois Leone en donnant à son héros comme date de naissance celle du réalisateur et fait réapparaître, comme lui, un personnage clé, il s’éloigne de son prestigieux aîné pour développer un autre thème : celui de la quête identitaire.

En effet, on observe dans ce second volet bien moins de flash-backs que dans le premier tome. Si Al continue de se remémorer son passé, on n’a plus qu’une seule incursion dans les années 1929 et une ellipse quant à ses années de bagne. Les faits rapportés se situent principalement en 1945 avec sa sortie de prison, l’explication de son engagement et sa présence sur le front allemand. Si l’on a un va-et-vient entre New York et l’Allemagne, les événements ne sont distants que de quelques mois et le lecteur peut recréer aisément le fil chronologique d’autant que chacune des séquences (la guerre/ New-york) est aisément délimitée grâce au code couleur adopté : Mikaël joue des gris-vert pour les séquences allemandes et du sépia ocre pour les actions situées dans le passé. Les retrouvailles avec des personnages du passé, amèneront de nouveau des flash-backs sur la période de 1935 de façon moins erratique que dans le tome précédent et ceux-ci participent à la lisibilité du récit car ils permettent de dénouer les fils des questionnements du tome 1. Ceci se produit assez tôt dans l’album et souligne que le vrai sujet ici n’est plus le thriller mais la nostalgie.

On peut dire en effet que ce tome est celui de la déconstruction du rêve américain du héros. Il avait tant intégré la mythologie américaine que, dès 10 ans, il se faisait l’apôtre de la philosophie du self-made man (scène clé qui est reprise et développée dans ce tome) : « les gens ici se font tous seuls » et choisissait à 15 ans un patronyme qui arborait fièrement cette ambition : Chrysler du nom du magnat d’origine allemande, comme lui, qui s’était bâti seul un empire. Or, on apprend dans ce tome que ce nom peut être doté d’une autre signification moins glorieuse. De même, Mikael ramène de façon très ironique le jeune homme sur la terre même de ses ancêtres, dans le village dont il porte le prénom qu’il a renié en le tronquant et en l’américanisant à l’image d’une autre figure mythique de self-made man : Al Capone !

Ce anti-héros au physique d’éternel enfant (grands yeux expressifs, visage rond et imberbe) se promène avec les oripeaux de sa jeunesse : il avait la même casquette de 1929 à 1935 jusqu’à l’achat de son Fedora ; porte un costume trop grand à la fin du tome 1 et beaucoup trop court au début du tome 2. Comme ses vêtements en lambeaux, son rêve est usé. Il ne sera ni un grand magnat, ni un grand malfrat. Il lui reste la possibilité de devenir un héros de la seconde guerre mondiale en combattant les Nazis (c’est d’ailleurs la deuxième signification de « bootblack » qui peut par métonymie désigner les bottes noires de l’uniforme allemand). Mikaël rend très bien dans ses pages newyorkaises le climat qui régnait alors aux USA : il montre les dirigeables survolant la ville, les bateaux de guerre sur la jetée, les sacs de sable érigés en remparts, les croisillons aux fenêtres. New-York est en état d’alerte. Le dessinateur présente en « cameo » une figue iconique de la propagande : Susie la riveteuse qu’on aperçoit montrer ses muscles devant un bureau de placement pour se faire embaucher et qu’on retrouve, quelques planches plus loin, participant à l’effort de guerre en plein travail de soudeur. Il met également en scène la fameuse publicité Camel de Times Square au panneau fumant dotée pour l’occasion non plus d’une star de cinéma mais d’un GI héroïsé. Grâce à ces détails ainsi qu’aux multiples affiches d’époque qu’il inclut dans son décor, l’auteur souligne l’œuvre de propagande en cours : il faut devenir un héros en s’engageant pour son pays. C’est le rêve que vend le recruteur à Al… Y parviendra-t-il ?

Dans ce deuxième tome, l’auteur emploie souvent un ton onirique : dans un saisissant contraste avec les pages aux multiples vignettes narrant les batailles sur le front allemand ou dans les rues de New-York lorsque Frankie et ses sbires sont aux trousses de Al, on a de grandes images dans lesquelles l’auteur économise le texte. Il propose davantage de cases muettes. Mikaël évoque Taniguchi dans ses influences. Et on a bien le sentiment de mélancolie du maître japonais qui transparaît dans les pauses narratives bien plus présentes dans ce second opus. Des scènes en apparence anodines créent une atmosphère. A cela s’ajoutent de nombreuses séquences de monologue : le combat s’avère finalement intérieur.

Al est tiraillé entre le pays de ses parents et celui qui l’a vu naître, entre deux classes sociales (celle dont il est issu et celle qu’il désire intégrer), entre la vie qu’il se rêve et la réalité ponctuée de violences sur les deux continents. Sur la couverture de l’album, on a l’impression que le personnage s’est élevé : alors que sur celle du tome 1 il était présenté au ras du bitume, dans les flaques et la saleté, il est ici debout devant l’immeuble Chrysler. Mais il est en contrebas de ce dernier, voûté, semble avoir froid et paraît comme emprisonné par le pont et acculé dans un coin par le pilier ; enfin, tout adulte qu’il est, il arbore toujours sa mallette de cireur de chaussures. Dans le tome 2 on a beaucoup de longs strips horizontaux à ras de terre ou au contraire des vues plongeantes, « point de vue des riches du haut de leurs gratte-ciels » sur les petites gens dans la rue s’affairant comme des fourmis. Cela souligne la coexistence de deux sociétés inconciliables. On retrouve également l’encrage puissant et charbonneux de l’auteur – encore plus saisissant dans l’intégrale noir et blanc parue au éditions I – qui rend parfaitement la crasse américaine et les cendres du pays occupé et correspond au désenchantement du propos. Les couleurs sont toujours sourdes (Mikaël les emprunte à l’esthétique de l’école Ashcan) sauf sur les affiches de films rutilantes qui ponctuent les errances du héros dans la ville et dans les dernières pages. Cette fin d’album en technicolor ne réécrit-elle pas de façon très originale et magistrale un rêve américain paradoxal ?

Avec ce second diptyque, Mikaël poursuit avec brio son analyse de la condition des petites gens dans l’Amérique de l’ère Roosevelt. Il dénoue les intrigues du tome 1 et se plonge dans la psyché du héros et dans la difficulté d’atteindre le rêve américain, ce douloureux mirage. Sa narration est toujours extrêmement maîtrisée et le découpage savamment orchestré alternant les moments d’action et de contemplation, le passé et le présent. Pour en prendre la pleine mesure, il convient de relire les deux tomes dans leur continuité. On voit ainsi combien Mikaël crée une œuvre personnelle aux problématiques toujours actuelles … Il a déjà entamé le troisième volet : « Queenie » qui se déroule cette fois à Harlem et met en scène une jeune afro-américaine aux prises avec la mafia blanche. Il sera intéressant de voir apparaître un personnage fort, féminin, de surcroît ! Devant la qualité des deux premiers, on se prend à rêver que cette exploration de la grande pomme et de ses quartiers ne s’arrête pas à une simple « trilogie new yorkaise » et se prolonge encore longtemps !

Chronique de BD Otaku.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s