Sous les arbres T2: Le frisson de l’hiver

Après l’automne de monsieur Grumf, Dav nous invite à découvrir une intrigue pleine de tendresse, d’amour et de boules de neiges. Les feuilles mortes sont tombées, l’hiver a étalé son blanc manteau. C’est dans cette ambiance polaire que nous retrouvons, dans ce deuxième tome, nos chers amis de Sous les arbres  publié par les éditions de la Gouttière. Écharpes, bonnets et gants, il vous faudra bien cette panoplie pour arpenter les bois glacés et aller à la découverte de l’imperceptible étincelle qui vous réchauffera le cœur. C’est parti, le décor hivernal est planté !

Maître Renard, tout frissonnant, se déplace d’un bon pas dans les allées forestières. Enrubanné de sa longue écharpe « rouge », le voilà qui s’emmêle les pattes et se vautre le museau le premier dans les flocons. Il se relève, refait trois pas et, patatras, s’écrase à nouveau. Ce maudit cache-nez ne lui laisse pas de répit. Il s’accroche et s’enroule partout, à se demander si le pauvre goupil tient toujours sur ses pattes ! Le voilà couché par terre et quand il lève les yeux au ciel, un minois au doux regard l’observe. Il en perd tous ses moyens. Le maladroit jeune rouquin s’embourbe de plus en plus, ce qui fait rire, à en pleurer, la belle. Affligé et désarmé, notre drôle de comparse se fâche et laisse la ravissante renarde en plan ! Ces deux coquins vont-t’ils réussir à s’apprivoiser ?

J’ai adoré le premier tome, j’ai raffolé du deuxième. Le dessin est tellement vivant qu’il m’a semblé me retrouver devant un film d’animation. L’histoire se déploie avec moins de texte que dans le premier volume. Franchement, s’il n’y en avait pas eu du tout, ça n’aurait rien changé. Chaque case est tellement parlante que tout le reste semble superflu ! J’ aperçois dans certaines cases des illustrations qui me rappellent plusieurs personnages des dessins animés de Disney. Comme les deux volatiles qui lui proposent de l’aide ressemblent aux deux oies dans les  Aristochats  ou en référence à Bernard et Bianca , les deux mini-rongeurs que l’on croise en pleine discussion et qui semblent totalement ignorer notre héros !

Les traits sont d’une extrême finesse et les expressions d’une incroyable véhémence. Rarement un récit m’a semblé aussi vivant. Je tourne les pages, encore et encore, et je m’immerge en profondeur dans l’action qui découle de chacune des cases. J’entends et ressens toutes les émotions que manifestent les sympathiques protagonistes qui parcourent cet adorable épisode.

Avant de se lancer dans cette série, qui se déclinera en quatre tomes, un pour chaque saison, Dav, nous avait concocté des bandes dessinées drôles et explosives :  Les as de la jungle  ou l’époustouflant diptyque  Appa  ! Mais, je dois l’avouer, je fonds littéralement, au propre comme au figuré, pour sa nouvelle création. Ouvrage dans la même lignée artistique que les deux albums Elma une vie d’ours , d’Ingrid Chabbert et Léa Mazé, ainsi que les très remarqués titres  L’émouvantail  de l’auteur Renaud Dillies chez le même éditeur. Chaque fois des aventures aux graphismes exceptionnels et aux textes d’une grande force onirique !

Incontestablement, il est bon de garder son âme d’enfant et de continuer à lire et relire de jolis recueils qui s’adressent, peut-être, aux enfants, mais pas seulement. Colorés et avec peu de texte, ces livres ont tout ce qu’il faut pour que les plus petits rêvent et apprennent à lire en s’amusant !

Chronique de Nathalie Bétrix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s