MORTEL

Il est possible de rire de tout, c’est le parti pris de Marc Dubuisson et Thierry Martin avec Mortel, un délicieux concentré d’humour noir édité par Delcourt dans sa collection Pataquès. C’est un livre dessiné dans lequel des gags désopilants défilent avec malice. Ils ont en commun d’avoir une issue toujours funeste et de nous arracher de jolis sourires.

Ils s’adressent à un public adulte disposant d’une belle ouverture d’esprit, d’un second degré solide et d’un entraînement à la dérision à toute épreuve.

Car dans cet objet attirant, surprenant et hilarant, les deux auteurs mettent en scène la mort. Elle épouse la forme d’un squelette vêtu d’une robe de bure noire et équipée d’une faux. Elle est le fil conducteur de ce récit, une invitée de marque qui tour à tour nous percute, nous dérange et une fois n’est pas coutume nous amuse.

Le scénariste a imaginé des gags à l’impact narratif dévastateur. Ils sont rythmés, efficaces parfois grinçants et toujours impitoyables. Ils se présentent la plupart du temps sous la forme d’une planche composée de quatre images. L’opus en concentre une centaine. Ils obéissent à une mécanique variée, à des ressorts comiques renouvelés mais ils ne sont jamais simplistes. Ils sont enrichis de textes corrosifs et il faut bien reconnaître que l’on en prend souvent plein la tronche. C’est un projet que les deux complices avaient dans leur tiroir depuis un bon moment et qui tombe très bien.

Ils ont permis au dessinateur Thierry Martin de s’offrir une belle récréation. L’artiste dont le travail a été mis en relief de belle manière lors d’une splendide exposition lors du dernier Quai des Bulles a exécuté les illustrations par petites touches échappant ainsi à la monotonie d’une histoire épaisse ainsi qu’à des personnages récurrents. On y reconnaît assez nettement sa patte, ses jolis dessins réalisés à la plume judicieusement relevés par une colorisation numérique impeccable. Il y a dans certains un petit côté cartoon jubilatoire. L’album regorge de bonnes idées et de finesse à l’image de cette couverture astucieuse qui laisse transpirer le génie de ses créateurs.

Ils ont été avisés de choisir une thématique intemporelle, impérissable et universelle. Ensemble, ils font mouche, réussissant un exercice plus que périlleux. Comme ils nous le rappellent subtilement, rien ne sert de se voiler la face, la faucheuse a toujours le dernier mot, entre en scène quand elle le désire et ne s’embarrasse d’aucune formalité.

Certes, après avoir lu ce livre, vous ne prendrez plus les pistes de ski de la même manière mais vous aurez passé un excellent moment et tout cela pour un prix modique et sans prendre de poids. Vous serez également animés d’une envie de vivre furieusement décuplée.

N’est-ce pas là l’essentiel ?

 

©Éditions Delcourt, 2020, Marc Dubuisson et Thierry Martin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s