Charlotte IMPERATRICE: II L’empire

Charlotte impératrice II : l’Empire  de Fabien Nury et Matthieu Bonhomme paraît enfin chez Dargaud deux ans après le premier tome La princesse et l’archiduc et continue de nous enchanter en mettant en scène un drame romantique en cinémascope.

La structure du drame romantique :

Cette saga prévue en 4 tomes respecte la composition du drame en trois phases : exposition (tome 1 : l’enfance et le mariage de Charlotte), le nœud (le Mexique : grandeur tome 2 et trahisons tome 3) et la catastrophe (retour de l’héroïne en Europe). D’ailleurs les auteurs parlent d’ « actes » et non de « tomes ». La construction de chacun des tomes de la tétralogie est en outre très théâtrale : ils sont composés en scènes et également en tableaux formés de doubles pages – on admire ainsi, au tome 2, le tour de force du tableau du sacre qui reprend la construction de la noce du tome 1 avec en rappel fleurs, colombes et médaillons.

La « couleur locale » est aussi éminemment présente. Comme le rappelle à nouveau le prologue, le sujet est tiré de l’Histoire. Une fois sur deux les choses dites dans les bulles (sous forme de lettres, de discours ou de dialogues) ont réellement été prononcées ce qui donne une saveur supplémentaire au récit. Matthieu Bonhomme a fourni également un énorme travail de documentation en particulier pour les costumes.

Mais ce qui évoque le plus l’esthétique romantique dans ce tome 2, c’est le mélange des tons : le « sublime se mêle au grotesque, le beau au laid ». On a ainsi présence de comique avec le général d’opérette mexicain Delmonte et sa tendre moitié (qui fait son double !) mais surtout avec le personnage de Maximilien. Sa coiffure à la mode autrichienne prend tour à tour la forme de cornes de satyre ou d’ailes de papillon  et représente de façon imagée son côté lascif et velléitaire ( il papillonne au sens propre !). Il est souvent vu en train d’élaborer des discours ou de prononcer des formules creuses et grandiloquentes. Il n’est jamais montré en action, fait preuve d’une jalousie de mauvais aloi et d’erreurs d’appréciation, se lasse de gouverner au bout de quinze jours et se croit à l’agonie pour un simple bobo au pied ! Il est donc grotesque : même ses mesures généreuses sont tournées en dérision par les auteurs car son aveuglement politique est souligné. A côté de cela, on touche au sublime avec un amour impossible – que Nury et Bonhomme choisissent de développer au mépris de la véracité historique – fait de frôlements, d’entente, de délicatesse et de très gros plans sur Charlotte plusieurs fois en larmes. Bonhomme présente même en une planche complète une scène de confession bâtie sur un champ contre-champ et un gaufrier régulier en douze cases dans laquelle l’héroïne semble se confier non plus au prêtre mais au lecteur. On retrouve ici le thème de « Ruy Blas » et Charlotte émeut au même titre que la reine d’Espagne dans le drame hugolien. Enfin, l’histoire prend déjà des accents tragiques. Comme dans un opéra, il y a en effet une ouverture significative qui orchestre par avance les thèmes à venir : la page de titre et son panorama sur Vera Cruz déserte la nuit avec les ombres menaçantes des époux projetées sur l’eau paraît ainsi de mauvais augure. On observe également des thèmes récurrents : au tome 1, Charlotte et Maximilien assistaient à une représentation de « la force du destin » de Verdi à un moment clé ( la décision de leur envoi au Mexique) ; ce même opéra réapparaît ici lors de la visite de l’ambassadeur français qui va sceller leur sort par son rapport et marquer le début de leur condamnation avec le retrait des troupes françaises. Ce leitmotiv souligne donc qu’ils sont les jouets du destin.

Une héroïne complexe :

Si Charlotte apparaît dans ce tome comme une version XIXe de Lady Di en étant une princesse malheureuse, humiliée, qui cherche le réconfort ailleurs, soigne les malades du typhus et se préoccupe du sort des pauvres indiens dès son arrivée, la série est loin d’être une hagiographie. Ainsi la scène d’ouverture surprend complètement le lecteur et met à mal une image trop lisse à la Romy Schneider dans « Sissi ». D’emblée, Charlotte apparaît comme un être de chair et de sang. Plusieurs rêves érotiques parsèment ce tome et forment, tant dans leur composition que dans leurs luxuriantes couleurs, un saisissant contrepoint avec la glaciale nuit de noces du tome 1. Les auteurs montrent également qu’elle n’est pas toujours noble et peut devenir machiavélique et piéger Bazaine en se servant de sa concubine Pepita qu’elle fait chanter.

Ce portrait contrasté de l’héroïne semble doté de plusieurs fonctions. Il contient peut-être une dimension explicative : il souligne les frustrations continuelles auxquelles est confrontée Charlotte qui ne se retrouve finalement ni femme ni mère. Cela crée un suspense : les auteurs sacrifieront-ils à la légende en lui octroyant une relation amoureuse consentie, forcée ? Sera-t-elle mère ? Cette insistance permet aussi une explication clinique puisque petit à petit on comprend ce qui pourra être à l’origine de la folie. Ainsi, on en revient au drame romantique : l’individu broyé par le social. Enfin, ce détour par la fiction historique ne permet-il pas, au-delà du sort « anecdotique » de l’impératrice, de réfléchir sur la société moderne ?

Une résonance moderne :

Comme l’indique le titre de la série, la tétralogie met en place une réflexion sur la place de la femme. Dans ce deuxième tome, on remarque dès la couverture une opposition avec celle du premier. Ici, Charlotte est montrée « en majesté » et placée en véritable chef de guerre à la tête d’une troupe dans des couleurs chaudes évocatrices du Mexique, du sang, de la violence et de la passion tandis qu’au tome 1 elle était présentée en frontal, assise, surprise et effarouchée . Elle passe ainsi de jeune fille faible à femme de tête forte et puissante. Elle est très souvent présentée en contre-plongée dans cet acte II : magnifiée, elle siège par exemple debout à la table du conseil, en uniforme, et domine  les autres qui sont assis. Elle reçoit même les compliments de son ennemi Bazaine qui l’adoube : « Pardonnez ma franchise, ce pays n’a pas d’empereur mais il a une impératrice. Je vous respecte et je me battrai jusqu’au bout à vos côtés » (p.62). Charlotte prend des décisions, fait passer des lois, gouverne bien mais en sera empêchée par son mari qui veut la remettre « à sa place ». C’est finalement le plus grand drame de l’héroïne comme le souligne en dernière page la reprise des codes graphiques de la pieta qui fait écho à la p.2 où Charlotte dans son corset semble emprisonnée dans une cage.

Mais comme souvent chez Nury, on a également une réflexion politique. Il dénonce d’emblée l’archaïsme et la vanité de la monarchie avec la présentation du carrosse rococo complètement incongru et plus largement la non répartition des richesses  en opposant le luxe et la pompe du cortège impérial et la misère la plus abjecte ( le chien errant qui mange les crottes ou dans un cadrage des plus significatifs , un éclopé qui regarde passer au loin le carrosse ). Comme dans  Katanga, il souligne aussi les méfaits de la colonisation en reprenant l’épisode véridique du calvaire de Pilar. Celui-ci apparaît d’autant plus horrible que rien n’est montré si ce n’est le résultat : des gros plans sur le visage hagard et presque déshumanisé de la jeune fille devenue folle suite à son viol collectif. D’autres exactions de l’armée sont évoquées de façon beaucoup plus crue : les propos -authentiques- de Bazaine sur la politique de la « terre brûlée » mis en récitatif sur des images de massacre comme une justification inacceptable par le lecteur et enfin, dans une distorsion voulue, Charlotte se retrouvant au milieu d’une scène de « tabula rasa » d’un village accusé d’avoir caché des armes de Juarez. Ce dernier épisode semble annoncer certaines pratiques qui auront lieu au Vietnam et en Algérie et indigne à la fois l’héroïne et le lecteur. D’ailleurs on notera qu’à chaque fois que Charlotte explore le pays avec le père Rafaël comme guide, on a des gros plans sur son regard : les yeux de l’héroïne semblent prendre le lecteur à témoin. Enfin, les auteurs soulignent également la collusion de l’église vénale et corrompue (ah, la scène où le nonce du pape engloutit goulûment un éclair !) et des propriétaires terriens qui exploitent sans vergogne les indiens mais ils évitent le manichéisme puisqu’ils mettent également en scène des hommes d’église très vertueux et dévoués.

Cet acte II est dessiné de main de maître par Matthieu Bonhomme et magnifié par les couleurs chatoyantes de Delphine Chedru qui guident le regard et permettent d’installer les atmosphères. Le dessin en cinémascope nous éblouit à chaque planche ; on a dans ce tome des planches et des intrigues dignes des films de Visconti mettant en scène « violence et passion » et le « crépuscule des dieux ». On s’attend dans l’acte III à du Peckinpah et du Aldrich puisqu’il devrait aborder Camerone et l’exécution  de Maximilien. Mais l’on sait d’ores et déjà que c’est une série qui fera date car elle est impériale …

Chronique de BD Otaku

 

 

 

©Dargaud, 2020, Fabien Nury et Matthieu Bonhomme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s