Le maître chocolatier T2: La concurrence

Le maître chocolatier est une série gourmande co-écrite par Bénédicte Gourdon et Eric Corbeyran et éditée par Le Lombard . Les illustrations de Denis Chetville sont un délice et les couleurs de MIKL donnent du souffle à un récit documenté et extrêmement structuré. On en attendait pas moins d’Eric Corbeyran, scénariste aux plus de 300 bds, réalisateur du fantastique Chant des Stryges avec Richard Guérineau édité par Delcourt et du classieux Châteaux Bordeaux avec Espé aux éditions Glénat. Avec sa compagne Bénédicte Gourdon, autrice jeunesse, psychologue auprès des personnes sourdes et initiatrice du projet, ils ont conservé la même démarche que pour la série viticole, ne longue enquête, une immersion importante dans la filière pour en connaître les spécificités et techniques. Ils ont bénéficié de l’expertise de nombreux spécialistes, des acteurs majeurs  bienveillants et ravis de rendre accessible leur univers.

Un an et demi d’investigation furent nécessaires pour découvrir toutes les étapes de la plantation jusqu’à la dégustation. Ils ont pris sans doute quelques kilos et réalisé de nombreux kilomètres jusqu’au Mékong faisant escale dans la capitale Belge ou ils ont décidé de situer leur narration.

Avec un premier tome intitulé la boutique, ils installent l’intrigue, présentent les personnages et nous immergent avec pédagogie dans le petit monde créatif et exigeant du chocolat. C’est l’occasion de se sensibiliser au lexique spécifique, de prendre quelques leçons et de faire connaissance avec des personnages finement composés. Ce sont des adultes aux comportements différents et complémentaires, des gens représentatifs d’une société plurielle. Il y a même un acteur porteur de handicap ce qui on le déplore est loin d’être une chose fréquente. Elle soulève quelques problématiques en particulier vis à vis du monde du travail. Sa présence est un bel atout, une excellente idée. On découvre Alexis Carret, un garçon talentueux et introverti, la pétillante et charmante Clémence, la douce et discrète Manon et enfin Benjamin, le bad boy ambitieux et plein de ressources qui n’a pas que des bonnes fréquentations. Ensemble, ils vont composer une petite équipe et lancer leur boutique à Molenbeek. Le second volet intitulé La concurrence dévoile un monde plus sombre dans lequel la rivalité est une réalité, les coups bas pleuvent et pas seulement entre les enseignes ou dans les concours . C’est bien souvent au sein de sa propre famille qu’il faut jouer des coudes et s’imposer. Ce second opus est rythmé, assez surprenant, plus sensuel aussi. Les associés sont confrontés à quelques ennuis, les deux hommes sont en mauvaise posture mais combatifs tandis que Clémence se démène pour trouver des solutions. Pour les auteurs c’est l’opportunité de mettre en relief les enjeux économiques et la course aux profits que se livrent entre elles les grandes entreprises au détriment des petits artisans et d’exploitants pas toujours considérés correctement.

Coté dessin, Chetville assure avec un dessin réaliste et séduisant qui sert parfaitement la narration. Sa représentation des cuisines, des outils est bluffante et contribue pleinement au succès de la série qu’elle crédibilise. Son introduction des images des phrases en langue des signes est subtile, conforme et travaillée tout autant que ses élégantes illustrations Bruxelloises.

Les couleurs de MIKL apportent des ambiances sublimes, elles magnifient la ville et nous embarquent.

Le maître chocolatier est une série savoureuse et tonique, une belle alchimie entre des ingrédients savamment dosés. Elle se démarque surtout par son esthétisme dont on se délecte et d’emblée par ses couvertures superbes au façonnage très élaboré. C’est aussi une BD sensitive comme le sont les artisans chocolatiers mais aussi un objet raffiné, la combinaison de nombreux atouts, un plaisir intense et délicat.

Bref, c’est de l’or en barre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s