In waves

Je n’aime pas vraiment l’eau. Le surf n’est de loin pas une de mes passions. Le soleil et la chaleur, je les fuis autant que je le peux ! Quand In Waves  d’AJ Dungo, édité par Casterman, est arrivé dans ma vie, il y a eu entre nous un jeu de séduction dans la veine de « je t’aime, moi non plus ». Nous, nous sommes tournés autour, son bleu turquoise m’a fait de l’œil et bien des fois j’ai pris cet ouvrage presque carré dans mes mains. J’ai tourné les pages, lu des passages et lentement, comme avec un animal sauvage, nous nous sommes apprivoisés. Charmée, puis conquise, pour finalement aboutir au coup de foudre. Il a eu lieu, fin septembre, un mois après sa sortie. Je n’y étais pas préparée et j’avoue que cela m’a chamboulée. Cela n’arrive pas souvent, mais quand ça arrive il faut essuyer le choc. De même qu’en amour, j’ai passé mon temps à parler de lui. Je le trouve le plus beau, le plus doux, il n’a aucun défaut. J’en ai saoulé plus d’un…Mais qu’a-t’ il pour me rendre complètement gaga ?

Ce récit, justement, parle d’amour. « Promets-moi de raconter notre histoire ». C’est une des dernières promesses que Kristen sollicite, aux derniers instants de sa vie. S’il a mis un certain temps pour le faire, il est évident que ce qui en est sorti est riche en émotions et d’une grande pudeur. Pour mettre en page cette histoire, il utilise un majestueux dégradé de bleus. Comme si je glissais sur une vague, je sombre et accuse la gravité de ce qui s’y passe. La narration est satinée, je flotte, ça me berce. Je suis en compagnie d’AJ et, comme à une confidente, il se révèle à moi. Il n’y a pas d’animosité ou de colère dans ses paroles, juste le besoin de me dire ce qu’il a éprouvé tout au long de la maladie de son amie. Si, pour lui, la rencontre avec sa belle, en automne 2005, fut un quasi coup de foudre, ce ne fut pas le cas pour elle. Jeune ado, plutôt timide et gauche, c’est lors d’une soirée qu’il tombe littéralement sur elle. Après cette rencontre, la jeune fille ne quitte plus ses pensées, de jour comme de nuit. Il devra attendre deux ans, avant que celle-ci finisse par tomber dans ses bras. Pour lui c’est le début d’un rêve, pour elle, qui ne le sait pas encore, les dernières années à vivre…

J’aime la narration qui oscille dans cette bande dessinée. Elle varie d’un chapitre à l’autre et, eux-mêmes, évoluent au fil des pages. Deux couleurs transitent de part en part. Une déclinaison de bleus, pour ce qui touche à leur parcours de vie et une autre de teinte beige, pour retracer l’histoire du surf. AJ, pour un travail d’étude, devait choisir une des thématiques proposées, qui traite d’une des facettes de sa ville « Los Angeles ». Ce fut pour lui une évidence, il se décide pour celle qui fut une des passions de son amie « Le Surf ». C’est, ce devoir qui agrémente la bande dessinée. Cela peut-être déroutant, pour certains lecteurs, qu’il ne raconte pas dans l’ordre chronologique ce qu’ils ont vécu. Moi, je trouve justement, qu’il en découle une plus grande harmonie. Cette démarche permet de se préparer à l’inévitable, tout en douceur. Il laisse la parole à des proches qui ont aimé et entouré la jeune femme. Son frère Jeff, son cousin Eon, ou sa mère, qui viennent comme des invités, enrichir avec leur ressenti, sa propre douleur. Chacun trouve sa place et ils peuvent ainsi se confier et évacuer leur chagrin. Une chose est sûre, Kirsten est une combattante, elle détient une force exemplaire. Quand elle apprend qu’elle est atteinte d’un   « Ostéosarcome », un cancer des os, elle n’aura de cesse de se battre et de rendre l’existence des personnes qu’elle aime le plus agréable possible…

Ode à la vie, la maladie et la mort. Son dessin délicat et soyeux, me confine dans une sorte de mélancolie. Rien, jamais, n’est agressif dans ces pages. Une ligne claire, anguleuse, il y a peu de place aux ombrages. En même temps de belles courbes habillent ses personnages et leurs apportent ce côté serein. Jamais histoire aussi tragique, n’a été racontée avec autant de beauté et de poésie.

Mais alors, quelle est cette réponse que j’attends depuis tout ce temps : pourquoi, cet ouvrage, m’a, à ce point émue et bouleversée ? Il faut comprendre qu’il est arrivé dans ma vie, à un moment où je n’allais pas bien. Depuis une année je combattais d’horribles douleurs. Si j’étais loin de vivre ce que vivait Kristen, je pense que sa force et sa bienséance m’ont apporté du réconfort. C’est aussi à ce moment-là que j’ai fait une rencontre qui m’a tout d’abord soulagée physiquement, mais qui a aussi mis du baume sur mon âme fortement ébranlée… Un effet placebo ? L’apport de la bienveillance dont j’avais besoin ?  In Waves , Kristen, AJ, tout ce qui a déboulé dans mon petit monde à ce moment précis, ont fait de moi une personne plus solide et paisible. Parfois plus vulnérable aussi… Que ce soit par l’écrit ou la parole, certaines rencontres peuvent changer notre perception de toute une vie…

Une dernière suggestion. Si vous voulez me suivre et vous immerger pleinement dans cette histoire, je vous propose d’écouter ces deux titres, que je me suis passé en boucle, lors de ma lecture… « Uninvited Guest » du groupe Disturbed et « Ohne Dich » du groupe Rammstein.

Chronique de Nathalie Bétrix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s