Tango T1: Un océan de pierre

Dépaysante et bourrée d’action, Tango est la dernière pépite éditée par Le lombard. Avec un premier volet parfaitement exécuté, on est séduit d’emblée par cette série prometteuse qui nous embarque et nous surprend littéralement.

Elle associe le savoir-faire de raconteur d’histoire de Matz au traitement graphique impeccable de Philippe Xavier.

Cette collaboration est née d’une rencontre qui s’est déroulée il y a trois ans sur un festival et d’une envie de l’artiste globe trotteur Xavier de se faire plaisir et de partager quelque chose avec le scénariste normand dont il appréciait le travail.

Ensemble, ils signent cet épisode intitulé Un océan de pierre, le premier d’un cycle de quatre albums, une histoire complète, classique mais originale pour laquelle ils ont effectué un séjour de trois semaines en Bolivie afin d’effectuer des repérages.

Au fil des kilomètres, ils ont écrit les aventures de Tango et imaginé peu à peu un personnage riche, énigmatique et réfléchi avec un vrai potentiel de méchant. L’homme qui mène une existence tranquille au fin fond de la Cordillère des Andes, cherche à prendre un nouveau départ. Tout se déroule parfaitement jusqu’à ce que trois hommes armés débarquent et s’en prennent violemment à un de ses amis. Malheureusement pour eux, celui qui se fait appeler Tango sait se servir d’une arme et de ses poings et ses exploits vont rapidement faire le tour du monde et attirer des individus peu recommandables. La petite vie tranquille du séducteur solitaire va se transformer en cavale.

Matz et Philippe Xavier signent une narration entraînante et rythmée avec des dialogues  forts. La voix off installe rapidement une relation privilégiée avec le lecteur et le héros tient toutes ses promesses. L’ensemble est extrêmement propice à une adaptation cinématographique.

Philippe Xavier a pour ce projet adapté son dessin. Il comporte moins d’esbroufes graphiques. Ses illustrations sont justes, contemporaines, très lisibles voire intimistes. Les décors sont majestueux et les personnages sont vivants comme jamais. Les scènes d’action sont sublimes. Le découpage est dynamique, les planches sont toutes construites en vis-à-vis à partir d’une case panoramique. Le rendu est époustouflant, très aéré. Il offre une belle alternance entre les scènes et parvient avec beaucoup d’intelligence à arrêter l’œil du lecteur.

Les couleurs de son complice Jean-Jacques Chagnaud sont une pure merveille, elles offrent une belle luminosité et des ombres bien placées. Le ciel est pur et les paysages splendides. Elles nous immergent complètement au cœur de l’ Amérique du Sud.

Un océan de pierre est une aventure captivante et haletante dessinée avec talent. On a hâte de découvrir le second volume qui se déroulera au Bahamas pour lire ce que le tandem qui a mis la barre très haute nous réserve.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s