Rio T3: Carnaval sauvage

A l’occasion du lancement de l’ incontournable carnaval brésilien, je suis ravi de vous présenter une sublime série Rio dont le troisième volet intitulé Carnaval sauvage vient de paraître.
Ce western moderne est édité par Glénat, scénarisé par  Louise Garcia et co-scénarisé par Corentin Rouge qui assure également la partie graphique.
Pour l’écriture de cette quadrilogie, l’autrice est allée puiser dans ses souvenirs car cette franco-brésilienne qui réside désormais à Paris a vécu à Rio jusqu’à ses 25 ans. Quant à son compagnon, il a fait le voyage et de nombreuses recherches sur place pour découvrir la ville et son fonctionnement.
Pour ce projet, ils ont collaboré efficacement jusque dans les dialogues, utilisant beaucoup d’énergie pour créer cette fresque sociale contemporaine convaincante très axée sur la population. Ils ont imaginé une savoureuse histoire à mi-chemin entre thriller, récit d’aventure et polar.
Ils nous proposent de suivre sur une douzaine d’années des enfants chassés de leur favelas. Menacés et obligés de s’intégrer à un groupe d’enfants des rues, ils sont finalement adoptés et grandissent au cœur d’une cité brésilienne en effervescence.
Avec cette fiction inspirée qui s’adresse à un large public, les auteurs parviennent à nous faire voyager, à nous faire vivre une véritable épopée tout en infusant de nombreux questionnements.
Avec cet épisode de 75 planches et une intrigue savamment distillée, ils parviennent à piéger le lecteur dès les premières pages. Ils expliquent avec intelligence comment la topographie de la ville et la géopolitique sous tendent les tensions sociales. Ils abordent des questions délicates avec pertinence, le financement des bidonvilles brésiliens, les politiciens et les policiers corrompus, les ramifications et l’imbrication des trafics dans le financement du carnaval mais aussi les subsides qui financent les équipes de samba. Cet opus est aussi imprégné de religion et de magie noire toutes deux indissociables de l’univers brésilien.
Côté dessin, on est conquis par un traitement réaliste et documenté qui nous immerge immédiatement. Le découpage et la mise en scène offrent un rendu très cinématographique. Les décors sont splendides et les personnages principaux mais aussi les figurants qui composent les cortèges sont tous expressifs et habités. Les planches fourmillent de détails. Une attention particulière a été portée aux couleurs qui sont à l’image des festivités et de la ville lumineuses et variées. Le travail sur les costumes et les ambiances transpire, Corentin Rouge a réussi le défi conséquent de mettre en image les défilés et sa prestation est tout simplement bluffante.
Carnaval sauvage est un album réussi scénaristiquement et visuellement, on lui souhaite de rencontrer le succès qu’il mérite car il a été réalisé avec beaucoup de talent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s