Les ailes du singe t2

Etienne Willem nous en met plein la vue avec Les ailes du singe, une série originale et captivante éditée par Paquet qu’il réalise entièrement.

Hoollywooland est le second volume d’un premier cycle prévu en quatre tomes.

Après la délicieuse tétralogie médiévale L’épée d’Ardenois, le sémillant belge nous plonge dans l’Amérique des années 30; une époque sournoise qui ressemblait sous divers aspects à la nôtre ce qui est loin d’être anodin.

Dans la société d’alors on cherchait à tout prix à gommer les différences et il y sévissait une immense hypocrisie vis-à-vis de l’alcool ou encore du cinéma.

L’artiste nous invite à suivre les aventures d’ Harry Faulkner un pilote téméraire, fonceur et séducteur. Traqué par des individus dangereux depuis qu’il a jeté dans l ‘Hudson un échantillon de minerai rarissime, il a trouvé refuge avec son ami Lumpy en Californie où il a réussi à se faire engager en tant que cascadeur aérien pour la Paramount. Lors d’une soirée clandestine, il fait la connaissance d’une starlette sexy qui ne se révélera pas si innocente qu’elle le prétend. Elle est en possession d’une mystérieuse boîte dont le contenu pourrait permettre de déjouer un complot visant le président. Les deux amis sont dès lors menacés, la cavale commence, l’histoire s’emballe et ça dézingue à tout va.

L’auteur belge qui a travaillé pendant près de 20 ans dans le cinéma d’animation a eu envie de se mettre en danger. Il nous propose avec cette saga anthropomorphe des histoires inspirées, finement construites qui peuvent se lire indépendamment et qui contiennent plusieurs niveaux de lecture.

Dans ce deuxième album, il met à l’honneur le cinéma, avec des références aux grands films (King Kong, Scarface ou Cléopâtre) et truffe ses planches de clins d’œil qui séduiront les érudits.

Le récit est extrêmement rythmé, l’utilisation d’animaux permet de faire progresser rapidement la narration.

La prestation graphique est époustouflante. Etienne Willem a choisi de représenter les animaux d’Afrique aux formes sinueuses et il le fait très bien. Son dessin traditionnel est réaliste et splendide. Il impressionne avec un rendu ultra-dynamique.

Composé de cases aux formes variées tantôt carrées, tantôt horizontales plus ou moins allongées, l’album parvient à aspirer le lecteur avec des angles de vue astucieux et des couleurs réalisées à l’aquarelle qui subliment l’opus.

Les ailes du singe est un excellent divertissement. Son scénario est impeccable et la mise en images est réalisée avec une grande maîtrise et beaucoup de talent.

Il contribue à restituer au style enfantin caractérisé par ses personnages animaliers toutes ses lettres de noblesse au même titre qu’un certain Blacksad avec lequel il est aisé de faire le parallèle.

Cet album m’a tapé das l’oeil, c’est pourquoi je vous le recommande chaleureusement.

Etienne Willem sera présent lors de la 13ème édition du festival A Tours de Bulles qui aura lieu les 16 et 17 septembre, je vous invite à venir le rencontrer car le personnage mérite le détour et je peux vous affirmer qu’il fait de somptueuses dédicaces.

En attendant l’événement, je vous souhaite de passer un très bon moment.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s