ONE TWO THREE FOUR RAMONES

Place à une BD qui sonne magnifiquement bien!

Intitulée les Ramones, elle est éditée par Futuropolis.

Scénarisée par Bruno Cadène et Xavier Bétaucourt, elle nous immerge au sein d’un des plus grands groupes punk rock de tous les temps.

Les deux journalistes rendent hommage aux quatre paumés qui vont transformer et redonner un souffle nouveau à la musique avec leurs morceaux enragés et efficaces.

Ils nous présentent des artistes auxquels l’histoire n’a pas forcément rendu les honneurs qu’ils méritent, quatre garçons irrécupérables dont l’aventure fut tout sauf un long fleuve tranquille. Ensemble, ils ont réveillé le rock composant la bande son de toute une génération.

Les auteurs ont pris le parti pris de construire leur récit à travers les yeux de Dee Dee Ramones qui était le bassiste et parolier des titres du quatuor. Ils nous proposent de l’accompagner de 1964 jusqu’en 2004 date de son décès prématuré. Comme les autres membres de la formation originelle, il s’est éteint prématurément consumé par ses nombreux excès.

Les deux scénaristes signent un récit rythmé et solide extrêmement documenté qui ressemble un peu à un reportage d’investigation en bande dessinée.

Le résultat est passionnant. Sans aucune complaisance, ils retracent les péripéties nombreuses de cette formation atypique qui restera à jamais une légende. Ils nous dévoilent l’envers du décor.

La genèse des albums, l’évolution de la formation, les dissensions au sein du groupe générées par les addictions ou encore les crises d’autorité de Johnny, tout est évoqué dans l’opus.

Les lieux mythiques comme le CBGB sont évidemment présents tout comme les Iggy Pop, Joe Strummer, Malcom McLaren et Sid Vicious.

Une notice explicative complète judicieusement le livre dessiné. Elle apporte des éclaircissements et aide à approfondir certains sujets.

La partie graphique est assurée par Eric Cartier, un choix pertinent car il a séjourné longtemps à New York, une ville qui le fascine. Il y a  vécu de très près l’épopée des Ramones. Il faut dire qu’ils étaient incontournables lors de ses années américaines passées à griffonner comme un forcené. Il a d’ailleurs rencontré le grand Dee Dee sans savoir qu’un jour il serait amené à le représenter. Bien sûr, il a apporté plus que des illustrations à ce récit. Il lui donne du relief et un peu d’authenticité.

Son dessin colle parfaitement à la narration. On est d’emblée décontenancé par les choix graphiques mais on se rend rapidement compte qu’ils coulent de source car ils sont à l’image des Ramones inspirés et incandescents. Le trait est nerveux, énergique, sauvage. Les illustrations sont envoûtantes avec ses nombreuses nuances de gris. Quant au noir et blanc, il correspond parfaitement à cette époque dure et glacée.

Les Ramones est un magnifique one shot, percutant et splendide.

A un moment ou tant de personnes arborent des T shirt estampillés Ramones sans rien connaître de ce groupe mythique, il est grand temps de redécouvrir qui ils étaient vraiment.

Je vous invite à courir acheter cet album car il est indispensable pour tout amateur du quatrième art. Je vous garantis qu’il vous permettra de passer un très bon moment et qu’il vous donnera envie de rallumer vos enceintes.

Bonne lecture.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s