Faucheurs de vent T1: Le carrousel des cabochards

Faisons ensemble un bond dans le temps et retournons 100 ans en arrière, en pleine première guerre mondiale au plus près des premiers accrochages aériens avec une série qui s’intitule Faucheurs de vent. .

Scénarisée par Thierry Lamy et illustrée par Cédric Fernandez, cette bande dessinée initialement prévue en trois volets est éditée par Glénat dans sa collection Grafica.

Le carrousel des cabochards est le titre du premier épisode et il vient de sortir.

Thierry Lamy nous propose un séduisant récit à l’époque du Baron rouge et de René Fonck, à un moment ou l’aéronautique de combat en est encore à ses balbutiements. Les performances des appareils sont alors extrêmement limitées. La charge utile pouvant être emportée par un avion est réduite et les appareils sont toujours construits avec des ailes en toile. Le matériel est rudimentaire et fragile. Les pilotes sont des pionniers. Ils remplissent des missions d’observation et de chasse dans des conditions très périlleuses.

L’auteur nous transporte sur le front ouest, en France pendant l’année 1917. Le lieutenant Alexandre Marais est un as de l’aviation française, un pilote respecté, rapide et efficace, qui a la particularité d’avoir été défiguré lors d’une mission. Depuis, il dissimule ses blessures sous un masque. Meurtri dans sa chair et dans son âme, il se consacre désormais exclusivement au vol et aux affrontements aériens. Ils sont devenus son unique raison d’exister. Après une longue convalescence, il a rejoint sa base sur laquelle il était considéré comme le meilleur jusqu’à ce qu’un jeune pilote insubordonné et impétueux, Louis Lafitte ne soit muté dans son escadrille. Pressé d’en découdre, ce dernier ne tarde pas à se mettre à dos Alexandre et les autres pilotes.

Alors qu’on leur confie la mission d’abattre Nikolaus Stipetic, un aigle redouté de l’armée allemande, une concurrence s’installe entre les deux hommes.

Avec ce tome introductif, le scénariste parvient à nous captiver en posant le cadre d’une série qui s’annonce passionnante. Il nous présente des aviateurs émérites aux fortes personnalités et des personnages secondaires intrigants. Il signe une fiction documentée, rythmée et truffée d’action. Les scènes au dessus du sol sont assez incroyables. Réalistes, elles rendent un vibrant hommage aux pilotes et à leur bravoure. Avec cette histoire, l’auteur nous transmet sa fascination et nous remémore les usages militaires. Au fil des pages, il distille de nombreuses expressions empruntées aux poilus et met en lumière une rivalité qui se met en place doucement et qui atteindra son paroxysme à la fin d’un premier volume qui se lit à toute vitesse. L’arrivée de Gabrielle, la femme fatale de l’histoire constitue un tournant que l’on devine décisif et donne un second souffle qui surprend et laisse présager le meilleur.

Côté dessin, on est d’emblée séduit par une couverture sublime. Les illustrations sont splendides et les scènes aériennes sont exécutées avec beaucoup de talent. Cédric Fernandez nous entraîne au cœur de l’action avec des cadrages ahurissants, c’est tout juste si on entend pas les balles siffler.

La prestation graphique est bluffante et les couleurs réalisées à l’aquarelle par Franck Perrot sont magnifiques.

Avec ce premier opus très réussi, les auteurs nous laissent sur une formidable impression. C’est sans aucune retenue que je vous recommande cet album qui tient toutes ses promesses.

Bonne lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s