Sept athlètes

A l’honneur aujourd’hui la dernière réalisation de Kris et Bertrand Galic. Après leur énorme carton avec Un maillot pour l’Algérie, leur succès mérité avec Nuit noire sur Brest, le tandem remet le couvert pour une histoire qui allie brillamment sport et politique. L’album s’intitule Sept athlètes, il est illustré par David Morancho et édité par Delcourt dans le cadre de la collection concept 7 dirigé par David Chauvel : un projet ambitieux, varié et assez convaincant.

Dans cet album, le vingtième de la série, les scénaristes nous renvoient en 1936. Pour boycotter les jeux olympiques attribués à l’Allemagne, de nombreux champions décident de participer à l’Olimpiada Popular, une manifestation parallèle organisée à Barcelone par la gauche européenne. Ce sont pour la plupart des militants unis par les mêmes idéaux qui se retrouvent en Espagne en juillet 1936. Malheureusement, l’initiative est coupée dans son élan par la guerre civile qui éclate le jour de la cérémonie d’ouverture. Les festivités tournent cours et les sportifs sont confrontés à un choix décisif. Alors qu’une bonne partie privilégiera l’engagement et le combat, faisant ainsi grossir les troupes prêtes à en découdre avec Franco, une autre minoritaire décidera de rentrer dans son pays d’origine.

Ce sont les premiers, des hommes et des femmes résolument anti-fascistes que les scénaristes nous proposent de suivre, sept sportifs aux trajectoires fictives réunis par leur amitié et leurs convictions. Tous pratiquent des sports utiles pour le combat et mettront leurs aptitudes au service de la liberté. Il y a des spécialistes de la course, du saut et du lancer. Ils véhiculent tous de belles valeurs : l’esprit d’équipe, la ténacité, la fraternité et la solidarité.

Comme souvent chez Kris et Galic, le récit s’appuie sur une documentation que l’on devine conséquente. L’engagement est au cœur de l’histoire, les personnages sont amenés à faire des choix courageux quitte à mettre leurs vies en péril. Le cadre se met en place lentement puis s’emballe brutalement. On part de Paris et on se retrouve en Espagne puis dans un petit village Aragonais qui prend vite des airs de Fort Alamo. On est séduit par une narration qui nous bouscule et nous surprend. La lecture est plaisante, rythmée et instructive.

Sept athlètes est un album qui a le mérite de nous remémorer un événement sportif majeur que l’on a malheureusement totalement oublié. Il nous propose une intrigue qui nous embarque avec talent et des personnages engagés et consistants.

Côté dessin, la prestation graphique de David Morancho accompagne parfaitement le récit insufflant un esprit d’optimisme et d’aventure. Le dessinateur a su créer un décor de western de toute beauté.

Les planches sont somptueuses et agréables, entièrement réalisées en numérique. Elles fourmillent de détails. Les couleurs réalisées par Javi Montes sont splendides, elles apportent de la force au dessin et nous immergent complètement.

Je vous recommande vivement cet album pour son scénario captivant et ses illustrations qui sont superbes.

Bonne lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s