Ma guerre: de La Rochelle à Dachau

Je vous présente mon coup de cœur cette semaine. Il s’agit d’un album intitulé Ma guerre : de La Rochelle à Dachau.

Il est scénarisé et dessiné par Tiburce Oger à partir des souvenirs de son grand-père Guy Pierre Gautier. Il est édité par Rue de Sèvres.

Il s’agit d’un album très abouti que l’auteur a longuement réfléchi et qu’il a commencé à écrire lorsque son grand-père maternel a reçu la légion d’honneur le 8 mai 2015 à l’âge de 91 ans, une distinction qui lui a enfin donné l’envie de partager son lourd passé, un élément déclencheur qui l’a poussé à ouvrir parce qu’il était peut-être temps une page fermée depuis près de 70 ans.

Il était entré en résistance dès 1941. Au départ, il se contentait de transmettre des messages et de distribuer des tracts. Au fil des mois, il intègre un réseau de francs tireurs et partisans français, des résistants communistes au sein desquels il s’en prend aux wagons et voix ferrées, des cibles stratégiques permettant d’affaiblir l’ennemi car elles perturbent sur le front le ravitaillement militaire. Arrêté par la Gestapo, il est détenu à Niort puis transféré avant d’être déporté à Allach un camp annexe de Dachau.

Dans cette histoire complète composée de 80 planches, Tiburce Oger décrit l’histoire personnelle d’un héros qui lui est proche mais aussi le quotidien de nombreux hommes qui furent enfermés dans les camps et qui n’en revinrent jamais. Il évoque dans un premier temps la résistance puis l’univers concentrationnaire,les conditions de vie inhumaines et la faim qui tenaille et affaiblit les corps, la maladie, les tensions entre les déportés, les chapardages, la dureté des kapos mais aussi l’entraide et le système D. Il aborde également le retour difficile et douloureux de ces individus entre incompréhension et résilience.

C’est un récit prenant mais aussi réconfortant car il prouve que partout où l’homme est confronté à l’horreur il tente de s’organiser et résister. Guy Pierre Gautier a sorti de sa mémoire son vécu et des anecdotes glaçantes.

En plus d’être un album poignant Ma guerre est un témoignage singulier, un document précieux, une note d’espoir et un bel hommage.

En menant à bien ce projet, Tiburce Oger s’est attelé à une tâche colossale, le défi dune vie et le résultat est à la hauteur.

Côté dessin, on observe des planches ultra détaillées réalisées en couleurs directes pour lesquelles l’auteur a effectué un conséquent travail de recherche.

Je vous recommande ce séduisant album car sa lecture nous fait passer par une large palette d’émotions mais aussi parce qu’il fait parti de ses ouvrages indispensables qu’il faut avoir lu pour ne jamais oublier.

A bientôt.

Pour écouter le podcast sur Méga FM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s