Le perroquet

Je vous présente aujourd’hui un album très réussi.

Il s’intitule le perroquet, c’est une autofiction poignante réalisée par Espé et éditée par Glénat. Elle s’adresse à un public adulte.

Dans ce livre illustré, l’auteur nous invite à suivre un petit garçon de 8 ans qui se prénomme Bastien. Le petit bonhomme grandit au contact d’une maman malade qui fait parfois ce que ses grands-parents et son père appellent des crises. D’après les médecins, elle souffrirait de « troubles bipolaires à tendance schizophrénique » ce qui nécessite de réguliers séjours en instituts spécialisés. Pendant ses longues périodes d’absence, Bastien se questionne, cherche des réponses auprès des gens qui l’entourent puis se réfugie dans un imaginaire fécond.

Quand sa maman revient à la maison, elle n’est plus la même, elle n’a plus envie de rien, elle est transformée et c’est dur à vivre, pour elle d’abord, mais également pour les gens qui l’aiment et assistent impuissants à cette lente descente aux enfers.

Pour concevoir cet album, Espé est allé puiser dans son vécu et dans celui de proches confrontés comme lui à ce fléau pour construire une fiction inspirée. Il a effectué le choix de se placer dans la tête d’un enfant en proie aux interrogations et peurs que la maladie suscite, un parti pris qui génère de l’empathie. On découvre non seulement le ressenti d’un jeune garçon mais aussi le désarroi d’une famille toute entière qui oscille entre colère et résignation et qui finira comme souvent dans de telles conditions par se dissoudre.

Le découpage en courts chapitres, des anecdotes choisies, le choix d’un trait brut et expressionniste proche du dessin d’enfants ainsi que des couleurs qui se succèdent en fonction des tensions sont autant de procédés qui apportent du rythme et de l’émotion. Ils donnent du relief à une histoire universelle et intime que l’auteur a mis longtemps à écrire.

Le perroquet est un récit sensible qui interpelle et met en lumière les défaillances de notre système de santé car s’il faut reconnaître que l’on constate quelques progrès dans le suivi des malades, on peut toujours déplorer que l’aide aux proches reste à ce jour quasi inexistante.

Espé signe une histoire qui sonne vraie. En quelques 150 planches, il nous émeut et nous touche au plus profond de nous même.

Très loin de l’univers dans lequel il évolue habituellement, il parvient à dévoiler une autre facette de son talent en trouvant le ton juste pour aborder un sujet délicat parfois tabou.

Je vous recommande particulièrement ce livre bouleversant car il m’a beaucoup plu.

Bonne lecture.

Pour écouter le podcast sur Méga FM.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s