AGATHA La vraie vie d’Agatha Christie

Exceptionnelle Agatha Christie! Si ses romans sont mondialement connus, sa vie l’est beaucoup moins. Elle était pourtant trépidante ! Saviez-vous, par exemple, qu’il y a 100 ans, elle surfait sur la plage de Waikiki à Hawaii et qu’elle est aujourd’hui considérée comme la première surfeuse anglaise ? Sa destinée hors norme et son originalité en font un personnage de BD idéal. Les scénaristes Anne Martinetti, spécialiste du monde littéraire anglo-saxon, et Guillaume Lebeau, auteur de thrillers et romans graphiques, se sont associés pour écrire Agatha, la vraie vie d’Agatha Christie aux éditions marabulles (Marabout Hachette livre). Alexandre Franc, dessinateur riche de ses expériences variées, complète l’équipe avec brio.

L’enquête qui ouvre le récit nous plonge immédiatement dans l’univers d’Agatha, avec ses démons et ses mystères. Elle nous ouvre les pages de son passé, son présent, et son futur. Les auteurs nous présentent l’enfance d’Agatha, née en 1890, comme calfeutrée et bourgeoise dans une grande maison où elle se cachait pour lire des romans policiers. Sa jeunesse est marquée par le décès de son père. Devenue jeune femme, Agatha aspire à profiter de la vie : danser avec de nobles soupirant, jouer au polo, faire son baptême de l’air (en 1911!). Elle écrit son premier roman policier suite à un pari avec sa sœur. Ingénieuse, indépendante, elle profite de chaque occasion pour inventer des histoires. Son expérience d’infirmière l’amène à approfondir sa connaissance des poisons ; ses voyages en train seront source d’inspiration pour les publications à succès que l’on connaît. Agatha fut passionnée d’archéologie, multipliant les séjours en Irak, Égypte… Vous avez dit  » mort sur le Nil  » ?

Les célèbres personnages qui ont fait la renommée de l’auteure s’invitent dans cette biographie, nous offrant de facétieux dialogues avec leur créatrice. C’est notamment Hercule Poirot qui la taquine durant ses moments solitaires, esquivant Agatha lorsqu’elle menace de lui écrire une mort rapide. Plusieurs passages nous donnent à voir son cheminement intellectuel, que ce soit pour réussir ses narrations, pour gérer le développement de ses activités (littérature, théâtre, cinéma…) ou à travers les anecdotes de sa personnalité bien entière.

Le dessin est simple, efficace. Les couleurs franches jouent sur des tons passés – beige, gris, vert canard, sépia – pour nous plonger de 1900 à 1976. Les variations au fil des pages libèrent de toute monotonie. Le jeu des contrastes est saisissant, les plans soignés. La chevelure rousse d’Agatha est un signal fort, introduit dès la couverture, que l’on suit au fil des cases. Des panoramas horizontaux en Égypte aux plongées verticales sur les milieux mondains, le lecteur est emporté dans un voyage riche, où les moments marquants sont habilement mis en scène en pleine page.

Drôle, espiègle, l’album nous invite à suivre l’écrivain jusqu’à sa consécration, sous un angle original. Le parti pris des auteurs fonctionne très bien. Il permet d’établir un lien entre la vie de l’écrivain et son œuvre, il plaira aussi bien aux connaisseurs qu’aux simples curieux. Agatha Christie, femme hors norme à plus d’un titre, méritait cette bande dessinée pleine de vie !

Chronique de Mélanie Huguet – Friedel

©Marabulles, 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s