ALICE MILLIAT pionnière olympique

Les premiers jeux olympiques féminin se sont déroulés il y a exactement un siècle! Cela valait bien une chronique historique, féministe et engagée! Les éditions Petit à Petit nous ont fait le plaisir de publier une nouvelle oeuvre mi-bande dessinée, mi-documentaire, sur «  Alice Milliat, pionnière olympique « . Cette femme, dont le nom devrait être aussi connu que celui de Pierre de Coubertin, a consacré sa vie à l’essor, la démocratisation et la reconnaissance du sport féminin. Ainsi, si Didier Quella-Guyot (par ailleurs primé pour  » Facteurs pour femmes « ) est au scénario, c’est Laurent Lessous, professeur d’histoire-géographie, qui a pris en charge – avec sérieux et pédagogie – les pages informatives. Les dessins ont été confiés à Chandre, qui travaille régulièrement avec l’éditeur, et Marie Millote s’est occupée d’apporter sa touche dans la mise en couleur. 

Plutôt qu’une biographie complète, le parti pris réussi est d’alterner des épisodes de la vie de l’héroïne et 2 pages pédagogiques, rassemblant des articles courts, des photos, affiches, coupures de journaux et citations à la façon d’un journal. Les passages dessinés s’appuient sur des dialogues entre Alice Milliat et différents protagonistes : un journaliste sportif, un représentant du CIO, ou encore Pierre de Coubertin en personne. On s’apperçoit vite de sa mysoginie, et les répliques percutantes de certains spectateurs lors des premières compétitions entre femmes en disent long sur les préjugés de l’époque :  » qu’est-ce que c’est pataud quand une femme court, je trouve! C’est évident, elles ont plus de grâce auprès d’un fourneau  » (!) . Heureusement, notre militante combative est forte de son énergie et de ses valeurs. Il s’agit non seulement de permettre aux femmes d’accéder au sport, mais aussi de le permettre au plus grand nombre. Leur donner ce droit, améliorer leur santé et leur bien-être… Et les aider, justement, à quitter les cuisines. Que le sport ne soit plus réservé aux élites bourgeoises, et limité au croquet, golf, tennis, à l’équitation ou à la voile.

Le style graphique, proche de la ligne claire, nous offre des personnages et décors réalistes qui nous plongent dans le passé. La colorisation est travaillée : des tons sépias pour les personnages et des costumes d’époque pour la mise en contexte historique, des dégradés pour les fonds et des ombres crayonnées comme au fusain contribuant à la force de l’ensemble.

Cet ouvrage très riche tient parfaitement sa promesse de nous faire connaître – et nous souvenir – d’une personnalité importante. Plus qu’une simple biographie, il aborde la question du sport féminin dans son ensemble, portaits de sportives à l’appui, et traite également différents sujets connexes, comme le droit des femmes, quelques ouvrages fondateurs pour leur émancipation, ou encore l’évolution des tenues vestimentaires et la pratique du vélo. Traitant d’histoire autant que de sport et même de littérature, dans un format rythmé, il gagne à être diffusé des CDI aux médiathèques, à être présenté en exposition, ou à être offert que ce soit pour les passionnés ou pour semer des graines.

Le saviez-vous ? Ce n’est qu’en 1984 que le marathon olympique s’est ouvert aux femmes! Et les JO de Paris 2024 seront les premiers où le souhait d’Alice, la parité totale, sera réalisé. Il était temps!

Chronique de Mélanie Friedel – Huguet

©Editions Petit à Petit, 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s