Les Tuniques bleues T64: Où est donc Arabesque?

Les éditions Dupuis nous présentent la dernière charge d’un scénariste belge prolifique à qui l’on doit un paquet de séries populaires comme  Les femmes en blanc,  Les psy , Pierre Tombal,  L’agent 212, « Cédric et surtout Les tuniques bleues.

Avec Salvérius puis Lambil, Raoul Cauvin a bâti un monument de la BD franco-belge, une saga qui a bercé plusieurs générations, un western désopilant et une parodie à la fois singulière et populaire dans laquelle les héros, les vrais n’ont pas la tête de l’emploi.

Chaque opus est un virulent pamphlet antimilitariste et le message y est comme toujours distillé avec humour et finesse.

Les deux acteurs principaux, le sergent Chesterfield et le caporal Blutch sont deux loustics attachants. Leur relation ambiguë et virile nous a tenu en haleine pendant de nombreuses années.

Le fond historique documenté tout autant que la mise en relief d’anecdotes croustillantes sont des qualités qui enchantent à coup sûr. Cette fois, l’auteur centre son récit sur la monture fidèle de Blutch, une jument intrigante. Dans cet épisode intitulé  Où est donc Arabesque ?, le canasson sera un peu malmené car les chevaux sont comme leurs cavaliers bien peu de chose au sein de l’armée.

Avec cet ultime volet composé par Raoul Cauvin, le bédéiste s’offre une dernière pirouette. Il réalise un tour d’horizon sympathique, multiplie les clins d’œil et les références aux opus précédents.

L’album réjouira les initiés qui complèteront probablement la collection et même s’il y a peu de surprises, on passe quand même un agréable moment.

De son côté, Willy Lambil signe un dessin semi réaliste hélas un peu figé mais séduit néanmoins avec une représentation parfaite des équidés.

Cet album prolonge une œuvre classique désormais culte dont on aurait tort de sous-estimer l’impact.

Si le tome 65 de Beka et Jose luis Munuera sorti il y a quelques mois était enthousiasmant, on a très hâte de voir la contribution de Kris sur Irish Melody. Ce 66ème tome avec aux manettes Willy Lambil semble déjà bien avancé et il s’annonce rocambolesque et prometteur comme le suggèrent les quelques images qui ont déjà fuité sur le site dédié à la série.

Chronique de Stéphane Berducat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s