OLEG

Dans la peau d’Oleg, tel aurait pu être le titre du dernier opus de Frederik Peeters paru en ce début d’année aux Éditions Atrabile. Il s’intitule Oleg tout simplement et nous dresse sur un ton quelque peu ironique le passionnant portrait au quotidien de l’alter ego du bédéiste en 3 D : amour pour sa famille, réflexion sur son métier, regard quelque peu désabusé et questionnement sur notre monde avec lequel il se sent en décalage.

Oleg, la quarantaine, auteur de BD reconnu mène une vie somme toute banale rythmée par l’exercice de sa profession, ses séances à la piscine, ses sorties au cinéma et conversations complices avec Elena, son adolescente de fille, ses discussions concernant ses projets futurs avec sa compagne Alix, professeur d’histoire de l’art. A cette période charnière de la vie où il est en panne non pas d’inspiration mais de concrétisation, il peut compter sur le regard bienveillant mais non complaisant d’Alix pour avancer dans sa réflexion. Outre ses interrogations sur le sujet de son prochain album, il nous fait pénétrer dans son univers de créateur en dévoilant les différentes facettes du métier. On le voit plancher dans son atelier, discuter au téléphone avec son éditeur, galérer lors des séances de dédicaces ou des interventions en milieu scolaire, une véritable épreuve pour lui qui n’aspire qu’à la tranquillité, bien à l’abri dans sa bulle familiale et quelque peu coupé de ce monde consumériste hyperconnecté qu’il a du mal à comprendre … Et puis va survenir un évènement qui va chambouler ce bel équilibre …

Vingt ans après ?

Frederik Peeters, ou pour être plus exacte Oleg, annonce la couleur de ce qui constituera le formidable terreau de cet album autofictionnel en noir et blanc qui ne comprend pas moins de 184 pages.

« Il faut voir ça comme une tentative de raconter simplement une vie quotidienne. La vitesse du monde. Le brouillard idéologique. À quoi ça rime d’être un auteur de BD vieillissant au 21e siècle ? Ah, et puis raconter l’amour long, aussi ! »

Raconter simplement, oui mais à la façon de Frederik Peeters, c’est à dire par le truchement d’un formidable télescopage des faits du quotidien et des images mentales décalées mais pertinentes que ceux-ci font jaillir du cerveau où elles glougloutent (pour reprendre ses propres termes) en permanence, visions oniriques mais également références cinématographiques ou picturales telle cette sublime reproduction du Narcisse du Caravage par exemple.

Difficile aussi de ne pas penser à Pilules bleues, cette autobiographie qui l’a propulsé dans le cénacle des auteurs avec qui il faut compter en 2001 dans laquelle il racontait comment vivre au quotidien avec le HIV de sa compagne, mère d’un petit garçon également séropositif. Alors, Oleg, serait-il le « vingt ans après » de cet album magistral ? Et bien non, pas du tout, Nous ne sommes pas dans Alexandre Dumas et l’auteur est très clair à ce sujet. D’ailleurs, exit le HIV et le petit garçon de Pilules bleues. Oleg est une autofiction, et histoire de bien enfoncer le clou, l’artiste a pris un pseudo et est passé du « je » des Pilules au « il » d’Oleg.

Jeu de mots, jeu de Lego

« Oleg … Lego … L’ego »

Voilà un avatar qui n’a pas été choisi au hasard. Qui dit autofiction introspective, dit parler de soi en puisant dans ses souvenirs, en les scénarisant afin d’insuffler du rythme, de la lisibilité à l’histoire. L’auteur aime jouer et agencer ainsi les différents éléments qui vont constituer sa trame narrative en les imbriquant comme des pièces du célèbre jeu de construction danois. Sur la couverture d’un rouge éclatant, on découvre Oleg allongé sur le dos regardant en l’air et on se l’imagine rêvant ou encore structurant ses idées en cases tout comme le titre, l’auteur et l’éditeur le sont juste au-dessus … comme trois pièces de Lego assemblées …

Briques de Lego assemblées pour le recto, lettres de scrabble à remettre dans l’ordre pour le verso …

Palais du Facteur Cheval, petite machine de Tinguely

Ainsi Oleg définit-il son œuvre et ainsi pourrait-on également qualifier celle de son auteur.

Difficile à classer, cet infatigable touche à tout a visité tous les genres, se renouvelant sans cesse : le récit intimiste dans Pilules bleues, le western dans L’odeur des garçons affamés (scénario Loo hui Phang), le fantastique dans Château de sable (scénario Pierre Oscar Lévy) adapté au cinéma par Night Shyamalan sous le titre de « Old » qui sortira sur nos écrans en juillet, la science-fiction dans la série Lupus, le polar dans RG (Scénario Pierre Dragon) … Son perpétuel rebond de genre en genre est pour Frederik Peeters un remède ou plutôt un traitement préventif contre l’ennui et contribue à créer une œuvre en constante évolution dans laquelle chaque nouveau livre est une brique (de Lego ?) venant agrandir et enrichir l’édifice.

Faut-il rendre à Frederik ce qui appartient à Oleg ?

Évidemment, ce type de récit autocentré se prête à merveille aux mises en abyme et il en foisonne. Pour n’en citer qu’une, la recherche et les idées de scénarios imaginés par Oleg, font écho aux propres idées et albums déjà parus de l’auteur. Ainsi est-il fait référence à RG, L’homme gribouillé mais surtout Saccage avec toute cette réflexion autour d’un projet de long cauchemar graphique dans lequel un homme jaune évoluerait dans un monde post-apocalyptique.

Qu’on se rassure toutefois : Nul n’est besoin de connaître les autres albums de Peeters pour savourer pleinement celui-ci.

Un dialogue perpétuel entre la main et le cerveau

Tout comme l’écriture, le dessin structure la pensée. L’artiste suisse y voit comme une transe où cerveau et main se répondent en permanence. Il prouve ici une fois de plus sa maestria narrative en filtrant et organisant cette matière première, y inculquant un rythme, un équilibre mêlant des séquences de narration au trait très expressif sans surcharge d’une grande lisibilité à de grandes images contemplatives plus fouillées sur lesquelles l’œil du lecteur peut prendre le temps de se poser. Le tout est sublimé par une magistrale utilisation du noir et blanc et un graphisme extrêmement inventif s’adaptant aux différentes scènes et atmosphères.

Avec cette maîtrise parfaite du noir et blanc et de la narration, Frederik Peeters signe là un album percutant et touchant non exempt d’autodérision qui tend vers l’universalité. Partant des petites choses de son quotidien, il nous parle de la vie, de l’amour pour son métier et sa famille et nous livre son questionnement et ses réflexions sur le monde à travers des visions souvent oniriques. Une réussite totale !

Chronique de Francine Vanhée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s