Spirite T1

Le mystère plane sur ce premier tome de Spirite, au propre comme au figuré ! Mara, nous emmène dans un récit intrigant, où se mêlent la Grande Dépression, le spiritisme, les fantômes et une bonne dose de divination. La magie prend, dès les premières pages, telle une sauce bien savoureuse et équilibrée. Ce titre, avec Les Artilleuses de Pierre Pevel et Etienne Willem, sort clairement du lot des récentes séries proposées par le nouvel éditeur Drakoo. !

Tout débute en 1908 à Tunguska au centre de la Sibérie. Que s’est-il passé ce matin-là et de quoi résulte cette onde sonore dont l’énergie fut équivalente à mille fois celle de la bombe nucléaire qui tombera sur Hiroshima le 6 août 1945 ? Il est encore trop tôt pour le savoir.

Quelques jours plus tard, nous retrouvons sur place le professeur Voynich, ainsi que plusieurs de ses acolytes. Ils balaient la zone pour y constater les dégâts et trouver d’éventuels rescapés. Une étrange et lumineuse apparition les guide vers un abri sous terre. Ils y découvrent une jeune enfant. L’ectoplasme qui les a conduits à elle n’est autre que sa maman. Elle fait partie des nombreuses victimes de l’explosion. Ébranlé par cette rencontre, le spiritologue la prend sous son aile…

Vingt-trois ans plus tard, par une froide nuit d’octobre, nous retrouvons le professeur Voynich accompagné de son assistant Ian Davenport. Ils sont invités à une soirée organisée par une medium. Ian y a apporté leur extraordinaire invention qui devrait, si elle fonctionne, identifier les esprits appelés autour de la table. Malheureusement, une fois encore, tout capote et ils sont virés séance tenante. Presque au même instant, au journal le « Daily American », Nell Lovelace postule pour un poste de journaliste. L’annonce semblait alléchante. Mais ce que lui propose le directeur, Mr Squealer est juste indécent et mensonger. Elle, la fille de la grande journaliste, Christine Lovelace, ne va quand même pas finir dans la rubrique des phénomènes paranormaux !

Le soir même, les deux savants se retrouvent devant l’immense dispositif qu’ils ont construit pour déceler des spectres de différentes classes. Cette fois, les deux hommes réussissent à rendre visible une entité. A l’instant crucial, la machine se grippe. Voynich se rend au panneau d’alimentation central pour y chercher un éventuel court-circuit. Les deux amis ne le savent pas encore, mais dans quelques minutes, ils vont être confrontés à une personne qu’ils pensaient ne jamais plus revoir… L’aventure paranormale et invraisemblable prend vie cette nuit-là.

Après sa série Clues en quatre volumes et son passage dans la collection Détectives en 2016 pour le numéro 6, aux éditions Delcourt, Mara reprend ses crayons pour nous propulser dans un nouvel univers qui se déclinera en quatre tomes. Son graphisme gracieux, espiègle et expressif prend vie sur papier. D’abord, elle y pose les crayonnés, ensuite y applique un lavis gris et de l’aquarelle pour les ombres. Elle termine pour les couleurs au numérique. Pour Tanguska, Mara est assistée par Suria Barbier et Carole Bride.

Si l’histoire ne se passe pas à la même époque, j’y trouve des points communs avec des films tels que «  Ghostbusters » ou « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? ». Le côté léger, dynamique et explosif. On y entre avec exaltation et on se retrouve à la dernière page transporté, ébouriffé et avec une impression de ne plus être seul chez soi ! L’ambiance est vive, parfois tragique, mais en même temps drôle et touchante. La couverture de l’album, couleur émeraude, est très belle. Elle est rehaussée d’un lettrage et d’une parure dorés. Un très joli carnet de croquis qui se dépeint comme celui d’Ian Davenport termine le livre dessiné. On y découvre des ébauches et diverses recherches de personnages, entités ou inventions. D’ailleurs, s’il devait l’égarer, ne manquez pas de le lui retourner à l’adresse indiquée ! Pour ma part je n’ai qu’une envie, en découvrir la suite. Cela sera possible dès 2021. En attendant si vous passez par Carouge dans l’agglomération de Genève, ne manquez pas d’aller visiter l’exposition de Mara à la librairie/galerie « La Ligne » (anciennement librairie « Little Nemo »). Elle débute le 10 octobre et durera quinze jours. Vous pourrez y observer un très bel échantillon de planches originales, mais pas seulement…

Spirite est une bande dessinée tout public qui ravira ados et adultes, mais surtout et sans aucun doute tous les amoureux d’aventure avec un grand «A » !

Chronique de Nathalie Bétrix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s