Le vagabond des étoiles: Première partie

La première partie du vagabond des étoiles de Riff Reb’s publiée dans la collection Noctambule des Editions soleil est une adaptation magistrale du roman engagé et militant de Jack London.
Après avoir eu un coup de cœur pour ce livre à 29 ans, le Havrais savait qu’il reviendrait à ce texte puissant et réaliste. Pour des questions de timing mais aussi du fait de la complexité de sa transposition en Bande dessinée, l’auteur a maintes fois différé l’exercice au profit d’autres thématiques qui l’ont aspirées : la mer, le rock’n’roll, entre autres.
Après une longue réflexion, il a réussi à solutionner tous les problèmes de narration imposés par un scénario à tiroirs délicat.
Le bédéiste nous invite à suivre Darrell Standing, un homme intelligent, cultivé, combatif qui a commis des erreurs mais qui les assume.
Le prisonnier à la personnalité exceptionnelle est écrasé par la torture et des conditions de détention inhumaines qui sévissent alors en Californie. Pendant de longues journées, il va être comprimé dans une camisole intégrale, attaché des chevilles au cou, souffrant tant qu’il se débrouillera pour s’anesthésier. Il oubliera la douleur permettant à son esprit de plonger dans un tas de situation différentes de l’Humanité.
L’auteur s’est merveilleusement emparé d’un récit qui passe sans arrêt du réalisme au fantastique, une piste d’envol propice à la fantaisie.
Il livre une prestation graphique singulière caractérisée par un dessin fougueux à l’ aspect expressionniste un peu forcé, caricatural parfois, qui restitue idéalement la psychologie de ses acteurs.
L’album semble traité à la gravure avec de nombreuses hachures, ce qui génère des clairs obscurs sublimes.
Le soin apporté aux éclairages est une composante importante de la dramaturgie au même titre qu’un code couleurs efficace qui aide le lecteur à se repérer tout en soulignant les tensions et les caractères.
Riff Reb’s signe un opus liminaire remarquable. Il a su relever le défi d’enthousiasmer son public avec l’histoire en apparence bien morne d’un taulard à l’ isolement.
Avec son univers, son talent, il amplifie le message d’un écrivain qu’il admire réalisant un livre magnifique, peu académique mais totalement addictif.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s