Deuxième comparution

Deuxième comparution est le second épisode de la trilogie : Violette Morris : une femme à abattre par tous les moyens.

Cette saga est l’œuvre du tandem Kris et Bertrand Galic assisté de l’historienne Marie Jo Bonnet. Elle est illustrée par Javi Rey et éditée par Futuropolis.

Les auteurs nous invitent à suivre Lucie, une avocate juive défroquée par les lois de Vichy dont les parents ont disparu dans les camps. Elle décide à la fin de la guerre de devenir détective. Elle a bien connu la sportive Violette Morris et s’interroge sur sa fin tragique. Elle mène une passionnante enquête pour connaître la vérité sur les circonstances exactes de son assassinat à une période où le pays est ravagé et les haines tenaces. Si l’opus liminaire nous dévoile ce qui se raconte, Deuxième comparution commence à remettre en cause un certain nombre de propos rapportés sur l’athlète.

Cet épisode commence au début des années 20, alors qu’elle accumule les titres dans différentes disciplines, signe des performances incroyables et possède un palmarès exceptionnel. Victime d’une « moralisation » étouffante du sport amateur féminin et de son caractère frondeur, on lui interdira de participer aux compétitions ce qui mettra fin à sa carrière sportive. On entre dans la psychologie d’une femme en colère, en décalage avec les mœurs de son temps, une pionnière qui suscite l’incompréhension de son entourage.

Petit à petit, le récit apporte des éclairages majeurs qui nous invitent subtilement à regarder l’histoire autrement. On glisse doucement vers une remise en cause des rumeurs sur son rôle dans la collaboration.

Javi Rey plante un décor crédible. Avec un dessin doux à mi-chemin entre ligne claire et influence asiatique, il parvient à toucher un large public. Le dessinateur excelle pour faire passer les émotions et mettre en relief le ressenti des acteurs. Au fil des pages, il installe une atmosphère de plus en plus sombre et pesante.

Le cahier graphique réalisée par la conseillère historique Marie-Jo Bonnet est un complément très intéressant.

Violette Morris : une femme à abattre par tous les moyens est une contribution importante et moderne qui nous oblige à reconsidérer notre passé. Les bédéistes prennent en compte l’avancée des travaux et abordent avec un œil neuf une période controversée. Ils nous tiennent en haleine avec un récit captivant, une articulation judicieuse entre faits sourcés et fiction portée par une prestation graphique convaincante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s