Akkinen Zone toxique

Akkinen Zone Toxique est un album réalisé par l’orléanais Iwan Lépingle. Edité par les éditions Sarbacane, il soulève de nombreuses interrogations car son auteur parvient à souligner avec pertinence les contradictions de nos sociétés modernes. Avec un traitement graphique délicat, doux et sensible, il touche au but installant un saisissant contraste entre un sujet aux conséquences dramatiques et des images splendides.
Poussés par des préoccupations économiques majeures, un père Gaspard et sa fille Tessie vont se rendre dans une petite ville dont l’entreprise pourvoyeuse d’emploi Géotrupe est dirigée d’une main de fer par le tyrannique Elias. L’activité de celle-ci consiste à extraire du sable bitumeux et traiter les eaux polluées utilisées. Si elle semble agir dans la légalité, elle est vraisemblablement à l’origine d’une catastrophe écologique à laquelle l’artiste nous sensibilise efficacement au fil des pages.
Après avoir réalisé deux albums pour les Humanoïdes associés, l’ancien enseignant signe une histoire complète qui lui a été inspirée par un documentaire sur le sujet et par son goût pour le travail du métal et le recyclage d’objets. Motivé par le désir de parler d’un sujet bien ancré dans le réel, il s’est naturellement tourné vers les problématiques qui l’animent et il aborde le sujet avec pédagogie et finesse et c’est fort intéressant.
Pour ce récit, il a choisi pour personnage principal, une fillette de 13, 14 ans pour laquelle il a puisé les traits parmi les nombreuses élèves qu’il a pu avoir au collège. Naïve et révoltée, sensible aux arts et à l’injustice, elle nous séduit car elle sonne juste tout autant que son père dont les choix sont guidés par la nécessité de gagner de l’argent pour offrir à son enfant un avenir décent.
Les personnages principaux sont des vrais gens, on les accompagne dans leur quotidien par le biais d’ une histoire en apparence banale. Avec eux, on arrive au village et on se rend rapidement compte qu’ un malaise important subsiste. Il est matérialisé par des statues apocalyptiques et une tension constante. Une seconde partie se met doucement en place à partir du moment où un militant écologique disparaît dans des conditions mystérieuses. La fiction s’emballe alors et on suit avec intérêt l’avancée des investigations menées par un père sincère qui va de désillusions en désillusions.
Pour cet opus conséquent qui comprend 108 planches, l’artiste a utilisé une technique assez classique. Il a privilégié la clarté avec son dessin réaliste et épuré et le résultat est magnifique.
Pour les paysages et les décors qui ont dans cette aventure une place conséquente, il s’est inspiré du Canada et de nombreuses photographies de l’espace Finlandais. Ses personnages ont un petit côté Hergé fort sympathique, ils s’effacent complètement au profit d’ un thème principal qui les dépasse.
La colorisation est particulièrement réussie. Réalisée à l’aquarelle, elle joue admirablement avec les nuances autour du rouge et du noir. Les couleurs contribuent au rendu extrêmement agréable de l’objet.
Akkinen Zone toxique est un opus surprenant à découvrir absolument, son intrigue est habilement dirigée et les illustrations qui le composent sont sublimes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s