NeuN T3

Le nazisme, c’est vilain pas beau. Le nazisme, c’est moche et par conséquent il faut reconnaître que ça tâche un peu. Qui plus est quand on est un enfant, génétiquement crée avec l’ADN du Führer lui-même, grandissant dans l’Allemagne fasciste de la deuxième Guerre Mondiale. Que l’on soit poursuivie par les troupes de la mort de la Wehrmacht, son propre camp, que votre seul rempart à ça soit un garde du corps (wand) sociopathe dénué de toute humanité. C’est pas évident quand on a neuf ans, mais quand on est lecteur, c’est captivant!

Bienvenue dans le monde merveilleux et chatoyant de NeuN du mangaka Tsutomu Takahashi chez Pika Editions, qui en est à son troisième opus.

Théo Becker (le garde du corps) réussit une évasion spectaculaire et musclée suite à son tête-à-tête avec le Doktor U (sosie à peine avoué d’un certain docteur Mengele) et sauve de justesse un jeune bambin prénommé Georg d’un gazage en bonne et due forme.

Cette gentille petite tête d’ange propose à Théo, Naomi (les protecteurs), Neun et Acht (respectivement 9 et 8) de venir se réfugier dans l’immense domaine de ses parents. Afin de se cacher des troupes SS de Goebbels, Himmler and co.

Bon on ne va pas y aller par quatre chemins, Georg en réalité n’est autre que Sechs (6), le grand instigateur de cette épuration « familiale ». Six souhaite se débarrasser de ses douze frères et sœurs. S’estimant être le seul et digne représentant du « guide suprême », grâce au sang divin de son paternel et à la génétique si riche transmise par sa déesse de mère. La fine équipe de fuyards, comprenant que le gosse est encore plus ravagé qu’eux quatre réunis, va prendre la poudre d’escampette jusqu’à Varsovie. Rencontrer le noyau dur de la résistance polonaise qui les aidera peut-être à atteindre le Nord-Pas-De-Calais afin de poser pied-à-terre en Angleterre si la chance est de leur côté. Durant leur cavale, ils connaîtront la perte brutale de l’un des leurs et faire la connaissance de Rebekka Elf (11), une autre enfant « élue ».

Récit aux relents historiques d’une guerre dégueulasse. Avec des senteurs de souffre, poudre, cendre, d’une Europe gangrenée par la folie et l’hystérie collective d’une nation touchée d’aliénation. Quand deux factions du Troisième Reich se foutent allègrement sur la gueule, on en oublie la diplomatie et on y va franco. Parfois la question se pose de savoir si les mouflets ne sont pas pires que leur « vieux », entré dans la mémoire des hommes comme chancelier dément et détraqué. Un récit accrocheur certes parfois téléphoné où romancé, inspiré des faits existants du grand conflit génocidaire du vingtième siècle. Sans grands temps morts, voir limite malsain. Comment pourrait-il en être autrement vu l’époque ?! Avec en pointe le sujet sur la supériorité de la race blanche, tourné d’une manière plutôt habile frôlant le fantastique avec la progéniture se découvrant sensitive.

Au dessin, le trait se veut sec et nerveux. Sans concession comme taillé au couteau où au cutter. Les expressions, visages, regards et proportions respirent tous la tension du sujet. Comme par exemple, les postures et yeux vitreux chez Théo Becker, qui accentuent la bestialité du personnage. La composition des pages est quand à elle chargée en encre de chine donc ombrée à souhait avec une petite pointe de trame grise pour ambiancer et égayer tout ça. Mais très dynamique et fluide, à grands rajouts de lignes pour accentuer les effets de vitesse. Sans fioritures et qui va à l’essentiel pour éviter de plomber la narration, en bref un séquençage propre d’efficacité. Joli boulot de l’artiste qui gère désormais toute la partie graphique en solo, sans sa pléiade d’assistants.

Tsutomu Takahashi livre un manga agressif, transgressif et jouissif où l’action prime sur la véracité et la réflexion. Tout en respectant une certaine neutralité sur la thématique sans parti pris, avec comme seul objectif d’embarquer son lecteur pour l’ode à la survie de cette horde sauvage.

Chronique de Vincent Lapalus

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s