Chaplin en Amérique

Avec Chaplin en Amérique, Laurent Seksik et David François proposent une exofiction inspirée illustrée par un dessin fougueux et magnifique.

Le romancier qui a plus récemment traité de Stefan Zweig, Eduard Einstein et Romain Gary s’attaque au mythe Chaplin. Après lui avoir consacré un documentaire pour la télévision, il s’est avec son complice lancé dans l’élaboration d’un triptyque édité par Rue de Sèvres.

Il a réussi à composer entre faits réels, anecdotes et dialogues de son invention et exécuter un savoureux cocktail entre Charlot et Charlie Spencer Chaplin pour créer son personnage.

Bien moins encyclopédique qu’une biographie traditionnelle, il a su créer une réalisation abordable, tangible et passionnante où la réalité et la fiction se confondent subtilement.

La sublime couverture est sans ambiguïté, l’acteur part à la conquête des États-Unis.

L’album introductif revient grâce à des flashbacks pertinents sur l’enfance d’un garçon qui connaîtra la déchéance alcoolique de son père et les problèmes mentaux de sa mère. Le récit commence en 1912 lorsqu’il arrive sur le sol américain. Après les planches anglaises, il essuiera un premier fiasco avant d’être repéré, puis de connaître un début de carrière fulgurant, les succès et l’argent. Au fil des pages, on découvre ses relations tumultueuses avec les femmes et on pressent un lent glissement vers un engagement politique fécond.

David François utilise toute la grammaire du neuvième art pour mettre en cases un génie touchant, travailleur et séducteur mais aussi optimiste, ambitieux et fidèle en amitié. Son dessin très aérien, rythmé et amusant est un régal. Son découpage original nous embarque littéralement dans une narration exaltante qui ressemble à s’y méprendre à son personnage principal.

Il nous offre au passage quelques planches exceptionnelles et une prestation graphique singulière.

Les auteurs convoquent un certain imaginaire collectif reproduisant judicieusement les mimiques et les déplacements particuliers de leur vedette.

Chaplin en Amérique est un très bel objet dans lequel le fond et la forme se complètent avantageusement. L’histoire conçue par l’ancien médecin est servie par un façonnage haut de gamme, un papier luxueux agréable à compulser et un grand format qui met en valeur le dessin et les couleurs soignées du bédéiste tout en apportant au passage un délicieux effet vintage.

Dès le premier volet, les auteurs soulignent avec intelligence la force de caractère et la détermination inébranlable de ce héros des temps modernes laissant entrevoir son destin exceptionnel et quelques travers.

Le lecteur ressort ravi, happé par son sujet et sa mise en scène magistrale.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s